AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 A qui le tour ? | Joey&Penny

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

WELCOME TO DETROIT
Penny S. Ribbs

AGE : 24
NOMBRE DE CONTACTS : 546
ANNIVERSAIRE : 01/01/1994
EN VILLE DEPUIS LE : 18/11/2012
AVATAR : Amanda Seyfried




MessageSujet: A qui le tour ? | Joey&Penny Mar 29 Jan 2013 - 14:22



A QUI LE TOUR ? feat Joey Daniels

Encore un grognement. Le cinquième en à peine quelques minutes. Ce que je pouvais être enthousiaste à l’idée de passer les examens médicaux d’avant-garde. Tout ce que je voulais moi, c’était obtenir ce fichu badge d’agent qui me permettrait d’évoluer comme je le voulais au sein de l’agence. Je n’en avais rien à faire de leur dossier médical obligatoire. Et puis, n’était obligatoire que ce qu’on laissait faire… Enfin, je n’allais pas jouer les femmes difficiles, j’avais passé l’âge et autant se tenir à carreau tant que je n’aurai pas mon accréditation. J’étais revenue depuis peu d’une petite virée près des grands lacs et je regrettais déjà le calme et la solitude que j’avais entre-aperçue là-bas. Bien sûr, j’y avais emmené Dani mais qu’est-ce que ça présence de tout pleins de poils à côté de la vaste étendue d’eau que j’avais eu devant les yeux ?! Ce n’était rien. Et mon chien n’était sans doute pas le bestiau le plus dérangeant de la planète. La plupart du temps, couché à mes pieds, je n’avais même pas eu le surveiller. Je me félicitais pour la bonne éducation que j’avais inculquée à la bête. Si seulement cela pouvait m’empêcher d’une quelconque manière d’aller passer ce maudit examen !... Résignée, je regardais le rendu de mes longues minutes d’indécision face à un tas de vêtements. Le miroir ne me semblait jamais flatteur et je grimaçais. Trop blonde, trop pâle, trop maigre, sans forme, trop petite, pas assez musclée. Que du bonheur ! Journée fraîche de janvier, j’optais pour un bon pull et jean délavé. Passe partout mais surtout facile de mouvements. On ne savait jamais ce que l’on pouvait croiser au hasard d’une rue et on n’était jamais trop prudent ! Si ces abrutis de médecins croyaient que j’allais faire un effort vestimentaire pour une visite durant laquelle je serais observée sous toutes les coutures, ils se fourraient le doigt dans l’œil ! Je resterais cette bonne vieille Penny : cheveux libres de leurs mouvement, hyperactive, moqueuse, point final. Dans un esprit de sympathie, je tenterais peut-être d’engager la conversation mais ça s’arrêterait là.

Prête à affronter ces imbéciles avec leurs stéthoscopes, je donnais son repas au chien, descendais les poubelles, regardais le courrier et enfin, sortais de l’immeuble. J’avais dans l’idée de prendre tout le temps nécessaire pour traverser la ville et me rendre dans les locaux du fbi. Hors de question de me presser juste pour devoir enlever le pull devant un vieux grincheux au regard lubrique. Oui, ma définition du médecin est plutôt désastreuse mais j’étais certaine de tomber de nouveau sur le seul et unique vieux médecin de la ville voire de la région, le seul et unique grincheux qui détestait son métier, le seul et unique que l’on m’avait bien sûr réservé. J’étais certaine de cela. Les collègues se plaisaient tellement à se moquer du fait que je sois une femme au langage de charretier qu’ils auraient sans doute tout fait pour que je me retrouve avec le doc centenaire. Seule réjouissance de la journée, me dire que je pouvais sans doute avoir un après-midi tranquille après ça. Peut-être même que je pourrais improviser une petite visite à Connor, le tirer de sa paperasse de flic et l’entraîner jusque chez moi … Oui, je n’avais qu’à me concentrer sur ça et me dire que je compenserais la désastreuse matinée ainsi et tout se passerait bien. J’en venais à cette conclusion au moment de pénétrer dans la station de métro. Je pressais le pas, refusant que le froid me morde plus longtemps. Je détestais cette saison hivernale qui refusait de laisser la place à un temps plus doux. C’était à me faire devenir plus irritable encore que je pouvais l’être ! Appréciant la chaleur soudaine des aérations du métro de Détroit, je me hâtais en entendant le bruit caractéristique d’une arrivée de wagon sur la voie. Juste à temps, je me faufilais entre les portes et me retrouvais serrée contre la paroi… ça aussi, qu’est-ce que cela pouvait m’énerver ! Les gens, tous les uns sur les autres sans un mot de politesse pour le voisin d’à côté. En parlant d’impolitesse, la personne qui derrière moi s’amusait à me bousculer par intermittence, à moins que ce ne soit des pertes d’équilibres, allait entendre parler du Texas ! « Ca suffit hein ? Tu n’peux pas faire attention Joey ! » Un vague regard au jeune homme qui gesticulait, ce n’est qu’après avoir prononcé ces paroles que je réalisais ce que je venais de dire. Difficilement, je me retournais pour faire face à Joey Daniels. « Joey ?! » Ridiculement inutile comme exclamation, reconnaissons-le mais j’étais ahurie et pour le moment, je ne savais pas si j’étais contente de le revoir ou mécontente que cela se passe dans un wagon remplis du métro. « C’est une blague ?! » Oui, vraisemblablement, je n’en revenais pas.
code par (c) eylika.




Up where we belong
Who knows what tomorrow brings. All I know, is the way I feel. When it's real, I keep my pray alive.•°¤ Mags | vava ©️ Made by M.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

WELCOME TO DETROIT
Joey Daniels

AGE : 23
NOMBRE DE CONTACTS : 193
ANNIVERSAIRE : 20/06/1995
EN VILLE DEPUIS LE : 23/01/2013
AVATAR : Hayden Christensen ♥




MessageSujet: Re: A qui le tour ? | Joey&Penny Mer 30 Jan 2013 - 13:45



Penny &Joey


« A qui le tour ? » you and me • Parce que je t'ai retrouvé.