AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Dazed & Confused # Anne & Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Dazed & Confused # Anne & Juan Jeu 27 Déc 2012 - 20:43


« Dazed & Confused. »
Anne & Juan




La terre tournait, elle vacillait même alors que Juan Martin se devait de saluer quelques donateurs. Ce qu'on pouvait dire des soirées caritatives avec lui en tant que président, c'était bien que c'était loin d'être conventionnel. Contrairement aux autres associations du coin, l'alcool était aux goûts du jour et quelques autres substances circulaient. Juan en faisait les frais ce soir là. Quelques joints et il n'était plus très sûr que la Terre était ronde. Il souriait à qui voulait en marchant d'un pas assuré entre les convives. Au moins, du côté des finances, les dons étaient de mise et même les grands patrons qui donnaient pour les africains semblaient s'amuser. Ironie du sort vous dites? Il n'y avait pas de caviar, encore moins de Chardonnay à trois cent dollars la bouteille, ici pas d'hypocrisie. C'était Juan avec l'aide de ses copains de l'association qui avaient fait le buffet et le punch et c'était corsé, extrêmement corsé... Gomez était allé prendre l'air quelques minutes et toujours vacillant, perdu, il rentra de nouveau dans la salle. Quelle heure était il? Il n'en avait aucune idée mais il continuait. Encore un tube roulé. Encore des bouffées. La chaleur qui venait lui briser les idées et il aimait cela. Ouais, il adorait cette paix au fond de lui alors qui riait à toutes les blagues d'un donateur généreux. Il tournait en rond, chancelait et revenait. Un tour dans l'arrière cuisine, oui voilà ce qu'il fallait faire pour amener la dose de nourriture en plus. On ne voudrait pas que les gens meurent de faim et oublient leurs donations n'est ce pas?

Le regard devant lui, Juan Martin se dirigea vers l'endroit qu'il désirait et poussa la porte tant bien que mal, ses pieds se sentant comme sur des nuages, difficile de conserver des pas assurés dans ce cas. Arrivé de l'autre côté, il se mit à rire et vit les petits fours sur la table devant lui. Il s'approcha et mangea un toast, histoire de décompresser. Il finit par se détourner, le plateau à la main. Puis une tête connue. Juan fouilla dans sa mémoire délirante afin de mettre un nom sur ce visage. La jolie brune, le sourire sans arrêt présent. Il la connaissait. Il claqua des doigts, un sourire vaillant sur les lèvres. Mais bien sûr. Anne. Il ne se demanda même pas ce qu'elle faisait ici, dans l'arrière cuisine alors qu'ils s'étaient rencontrés en Afrique il y a quelques temps. Tout paraissait absolument normal ce soir là.

Ehh mais on se connait toi et moi. On n'a pas mangé des noix de coco ensemble en Afrique? Je me rappelle de toi, t'as participé aux activités de l'assoc' là bas. Anne, c'est bien ça?

Juan souriait toujours, le plateau en équilibre sur sa main gauche. Il n'avait pas l'air ridicule du tout et puis de toute manière, il s'en fichait. Il regardait toujours la jolie brunette avec entrain. Décidément, cette soirée était étrange... Même pour lui.


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Jeu 27 Déc 2012 - 21:36


Dazed & Confused
Ft. Juan M. Gomez & Anne T. Crawford
Un punch, puis deux, puis trois. Anne ne savait pas vraiment si c’était parce qu’il y avait beaucoup de monde, ou si c’est parce qu’elle se servait frénétiquement dans le saladier depuis une demi-heure, que celui-ci était quasiment vide. Elle voyait bien qu’on la fixait, ou alors c’était la fumée et cette odeur particulière de plantes vertes qui lui donnaient des hallucinations. La fête de l’association, oui oui c’était pour la bonne cause, mais c’était en grande partie pour espérer revoir cet espèce de dieu vivant à dreadlocks qu’elle avait connu là-bas. Anne se mordit la lèvre, merde, elle ne sentait presque rien, c’était qu’elle devait être sacrément alcoolisé. La brune mit un certain temps à se rendre compte qu’elle était en train de délirer toute seule, et adressa une grimace à la personne en face d’elle, « Quoi ? Tu veux du punch ? Si t’en veux tan pis, y en a plus, vous avez tout bu ! » Un sourire satisfait s’étira sur ses lèvres, si James l’avait vu, ou si un de ses collègues la voyait, elle n’osait même pas l’imaginer, quoiqu’à ce moment même elle s’en fichait royalement. « Bon, puisque personne n’y va, j’y vais ! » Dans pas décidé, ou plutôt titubant, elle se dirigea vers ce qu’elle pensa d’abord être la cuisine, pour au final se retrouver dans les toilettes. Fronçant les sourcils, elle avait tourné en rond pendant une bonne vingtaine de minutes avant de finalement trouver, pour ne pas dire enfin, la dite cuisine. Levant les mains en l’air, elle s’écria, « Faites pas attention à moi ! Je ne fais que passer, je suis IN-VI-SI-BLE ! » Quelques portes plus tard, elle arriva dans un espace désert, où il y avait un tas de toasts et de frigos. Anne se mit à sautiller joyeusement, en direction de l’un d’eux, espérant trouver la boisson tant voulue.

Manque de bol, elle faillit se casser la figure, à cause de ses maudits talons, qu’elle enleva bien vite en pestant. Quelle idée de mettre une robe qui lui avait couté les yeux de la tête dans une soirée comme celle-ci ? Peut-être parce qu’elle n’en avait rien à faire et que dès qu’elle franchissait le seuil du repère de l’association, elle se sentait l’âme d’une hippie. Ô paix dans le monde ! Fumons de l’herbe et aimons-nous ! Bon, la jeune fille avait beau chercher, elle ne trouvait rien du tout, à part une bouteille de ce qu’elle pensait être de la tequila, elle n’était pas vraiment sure. Qu’a cela ne tienne, il n’y avait qu’un moyen de le vérifier, et Anne bu une gorgée du liquide transparent qui eut pour effet de lui brûler instantanément l’œsophage. « Anne t’as 29 ans bon sang ! Ca se fait pas ce genre de choses ! », lui susurrait son bonne conscience, perchée sur son épaule droite. « Tu parles ! Il n’y a pas d’âge pour s’amuser, moi je dis qu’on a qu’une vie ! », répliquait le petit diable affalé sur son épaule gauche. « Oh taisez-vous tout les deux ! », s’exclama la jolie Crawford, les balayant, ou plutôt croyant les balayer, d’un revers de mains. Ce dont elle était certaine c’était qu’elle avait affreusement mal aux pieds, et qu’elle en avait assez d’être debout, alors elle se mit assise sur l’un des plans de travail en inox sa bouteille à la main, attendant que quelque chose se passe.

Justement quelque chose se passa, et la jeune femme faillit faire tomber sa précieuse bouteille, un sourire niais constamment affiché sur son visage. Ainsi donc il était là, si elle n’avait pas été saoule, elle aurait rougie, mais là c’était assez particulier, parce que dans sa tête, rien de ce qu’elle pourrait dire ou faire n’était grave. « Des noix de coco ? Où ? » La pauvre émêchée avait du mal à comprendre et mettre de l’ordre dans sa tête ce pourquoi elle se concentra, « Oui ! On se connait oui, tu es Juan ! Je crois qu’on a partagé un bol de riz avec des bouts de noix de coco enfait ! » Puis, elle reprit, avec un sourire toujours aussi confiant, « Dit donc, t’es toujours aussi beau toi ! Félicitations franchement ! » La jeune femme descendit alors de la table, toujours pieds nus, et sa bouteille à la main, qu’elle tendit à son acolyte, « On échange ? Le plateau de toasts contre la tequila ? »
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Jeu 27 Déc 2012 - 22:04


« Dazed & Confused. »
Anne & Juan




Il faisait chaud tout d'un coup. A moins que ce soit le contraire. En fait, Juan n'en savait rien. Tout ce qu'il réalisait était bien qu'il avait des fourmis dans le bras avec ce maudit plateau mais il ne bougeait pas. Il regardait toujours Anne, avec ce regard perdu ou défoncé, selon le point de vue. Elle était franchement mobile cette femme à moins que ce ne soit sa vision qui lui jouait des tours, cela non plus, il n'arrivait pas à le définir. Ce qui était certain, c'était que Juan Martin ne savait pas ce qu'il disait. A vrai dire, son cerveau prenait certaines libertés, les plantes vertes avaient ce genre de réactions sur lui outre le fait de passer son temps à rire niaisement des suggestions les moins drôles que le monde ait pu faire. Un peu de concentration serait le bienvenu. Juan Martin fronça les sourcils pour tenter de capter le visage de la jeune femme. La vache, ce qu'il avait fumé était vraiment puissant vu les traits fins qu'il arrivait à déceler chez la jeune femme, lui qui ne reconnaissait même pas un sanglier qui traversait la route devant lui dans son état normal. Tout d'un coup, le monde redevint quelque peu normal et son sourire redevint niais et inutile. Effectivement, c'était bien Anne, la femme qu'il avait joyeusement côtoyé en Afrique pendant plusieurs mois. Il s'en rappelait même s'il ne savait pas du tout d'où il tirait son délire de noix de coco. Peu importe. Apparemment, c'était la réalité puisque la jeune femme semblait d'accord avec ses propos. Du riz en plus, tiens donc. Juan se mit à rire à en perdre haleine. Dieu ce qu'il était défoncé en réalité. Pas loin de la syncope. Il chancelait encore mais se rattrapa à la table avec une assurance non feinte. Il n'était pas bien sûr de comprendre les quelques phrases de Crawford mais il se permit de répondre quand même, absolument certain de la véracité de ce qui sortait de sa bouche ce soir là.

Ah oui, c'est ça! Ah bah je me rappelle bien de toi! T'étais l'accro du bol en effet. Le riz, ouais c'est toi. Enfin, je faisais semblant de rien comprendre mais je suis pas si idiot que ça quand même. Je voyais bien que le lait de coco comme parfum, ça te laissait pas forcément indifférente. C'était le bon temps ouais...

Juan Martin rit encore pendant quelques secondes en sentant la pression du plateau sur son poignet. Non, il n'avait pas mal. Il ne sentait rien. Puis, il se concentra de nouveau sur Anne qui semblait s'extasier devant sa beauté. Gomez lui fit des yeux ronds, surpris mais content.

Félicitations à toi oui. Non mais regarde toi, même avec une bouteille à la main, débraillée et pieds nus à une soirée de charité, t'arrives à faire de l'effet à mon plateau de toasts. Il a sacrément envie de tomber là, je le sens.

Il parlait, il continuait de parler sans comprendre ce qu'il disait. De toute façon, cela n'avait pas de réel importance, il n'y avait personne pour les regarder et il était à peu près sûr, à travers sa brume, qu'Anne était dans le même état que lui si ce n'est pire. La jeune femme s'approcha d'ailleurs de lui, vacillant elle aussi sous le poids des verres d'alcool. Elle lui proposa un échange plus qu'équitable et qui soulagerait les frêles épaules de Juan. Il attrapa donc la bouteille et tendit les toasts à Crawford, avec un sourire charmant.

C'est une proposition qu'on peut pas refuser! Eh mais au fait, qu'est ce que tu fais dans l'arrière cuisine? Elle est pas ici la fête. Ceci dit, je suis plus très sûr de savoir où elle est là en vérité.

Puis, il but une gorgée du liquide, ce qui n'aida pas à son état et il dut s'adosser à la table pour conserver un regard neuf sur le reste du monde. Il se tourna toutefois vers la jeune femme avec ce même sourire. Décidément, cette soirée serait à noter dans les annales. Si seulement il était capable de s'en rappeler dans le moindre détail, mais cela c'était une autre histoire que seul le lendemain pourrait dévoiler...


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Jeu 27 Déc 2012 - 22:55


Dazed & Confused
Ft. Juan M. Gomez & Anne T. Crawford
La chaleur lui montait aux joues, et elle riait un peu trop fort, c’était drôle et ridicule à la fois. A noter que la jeune femme pouvait sentir se dégager de Juan cette même odeur de plantes qui l’avait troublé dans la salle tout à l’heure. Enfait, elle trouvait que cela sentait plutôt bon, comme de la verveine mélangé à du thym, et pour le coup elle aurait bien fumé un petit quelque chose. La jeune femme fixait toujours Juan, avec son sourire niais et son air de dépravé. Elle cuisait à petit feu et se sentait comme un coq en pâte, ou alors comme un poulet rôti, c’était difficile à dire. Elle retrouvait malgré tout, ce semblant de liberté qui la fuyait depuis un certain moment, cette excitation que l’on ressent face au danger, et aux choses interdites. Oh que oui, elle avait gardé ce visage bien particulier en mémoire, elle reconnaissait ses traits doux et harmonieux, ainsi que ses yeux bleus, comme le ciel, la mer, l’eau de javel ou le produit à vitre. Mais qu’est-ce que venait faire le lait de coco dans tous ça ? A croire qu’ils n’avaient mangé que ça en Afrique ! Anne se mit à rire de nouveau, « Ouais, le riz ! J’adore le riz ! Je m’en doutais va, mais bon le lait de coco c’est spécial, c’est un truc que j’aime bien, tu vois ? Comme je sais pas…heu comme j’aime le chocolat ou les smarties ! C’est aphrodisiaque je crois en plus, ou pas… je sais plus ! » La jeune femme disait n’importe quoi, et le pire c’est qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher, c’ était beaucoup plus fort qu’elle. Il valait mieux laisser parler l’alcool.

La jeune femme regarda ses pieds, ce qu'elle avait mal. « Mais c’est ton plateau de toasts qui est fou ! Si il a envie de tomber, c’est qu’il est complètement bourré ou alors qu’il porte des talons qui lui font super mal ! Mais t’es gentil va ! Je retiens le compliment, paf noté dans-ma-tête. » Anne tapota son doigt sur sa tempe pour accompagner ses mots au geste. Elle le prenait pour un idiot ou quoi ? Comme s’il n’était pas capable de comprendre ce qu’elle disait, quoiqu’elle-même n’était plus tout à fait certaine de comprendre quoique ce soit, ce soir. Mais d’ailleurs quelle heure était-il ? Zut, il fallait qu’elle ait oublié sa montre, et son portable en plus de cela. Oh tan pis, quand James la verrait passer le pas de la porte, il saurait qu’elle serait toujours en vie point final. Et qu’on la laisse tranquille à la fin, elle avait droit de s’amuser de temps en temps non ? Tentant, tant bien que mal de ne renverser aucun toast, la jeune femme posa le plateau sur le plan de travail et s’en servit quelques uns qu’elle garda dans sa main, avant de les manger frénétiquement. Dieu ce qu’elle pouvait avoir faim ! « Heu… enfait je cherchais le punch parce que tout le monde l’avait vidé et puis personne voulait y aller alors moi j’ai dit " Bon ben j’y vais ! " et du coup ben j’ai rien trouvé à part la tequila ! Pour construire des écoles y a du monde mais pour aller chercher le punch y a plus personne ! » La brune se remit à rire, avalant un ultime toast au jambon beurre. « Bah, c’est mieux de la faire ici la fête ! En plus ils comprennent rien là-bas je sais pas ce qu’ils ont ! L’arrière cuisine, c’est génial, allez reste dis ! » Fausse moue suppliante. Si elle s’était vue, Anne se serait trouvée affreusement lourde, mais ce n’était pas le cas, alors elle continuait son manège alcoolisé, « Et toi qu’est-ce que tu fais là, d’abord ? », dit-elle en tapotant son épaule avec son doigt.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Ven 28 Déc 2012 - 11:55


« Dazed & Confused. »
Anne & Juan




Juan avait peut être un peu trop tiré sur la corde jusqu'ici. Oui, la Terre avait des tendances au vol plané apparemment. Le sol faisait des vagues, les réfrigérateurs semblaient s'avancer vers lui, à moins qu'ils ne soient en pleine conversation sur la température idéale pour décongeler des rôtis de porc. Il n'en savait rien, encore une fois. Un peu de tenue Juan voyons, il y avait une demoiselle devant toi. Enfin, celle ci n'avait pas l'air bien non plus. Ses yeux pétillaient étrangement, Juan martin ne pouvait même pas identifier leur couleur ceci dit. Les plantes vertes, certainement avec plus de modération le prochain coup. Enfin bon, ils étaient jeunes. Ils avaient bien le droit de profiter des quelques moments sympathiques qu'ils pouvaient avoir avant que ce ne soit leur canne qui ne les porte et leur dentier qui leur fasse manger de si bons toasts que ceux en présence ce soir là. Toujours son sourire maladif sur les lèvres, Gomez tentait de capter le regard d'Anne alors que celle-ci se perdait dans des explications saugrenues. Juan réussit toutefois à comprendre quelques mots par ci par là, notamment chocolat et aphrodisiaque même s'il n'avait absolument plus aucune idée du sujet de la conversation à vrai dire. Tant pis, il ferait avec. Après tout, il n'était pas certain que Crawford le savait elle même alors pourquoi le spécifier? Ils étaient tous les deux bien perdus, dans cette maudite arrière cuisine qui tanguait dangereusement tel le Titanic lors de son grand soir. Bientôt Jack tomberait à l'eau et ce n'est pas un un plateau de toasts qui l'empêcherait de tomber dans les bas fonds de la mer. Oh et puis, ce n'est pas grave. C'était l'histoire de Rose, pas celle de Jack donc du moment qu'Anne et la bouteille de tequila s'en sortaient sans une pneumonie, le pari était remporté.
Oui, la marijuana était sacrément forte à en juger par les pensées du pauvre hippie. Il riait clairement tout seul, dans sa bulle, il tenta de revenir à des idées plus claires, notamment concernant les paroles d'Anne. Riz, noix de coco, aphrodisiaque. Il fallait qu'il réagisse.

Aphrodisiaque tu dis? Pourtant, vu la quantité qu'on a avalé en Afrique... On a jamais sauté sur personne, enfin je me rappelle pas en tout cas. On t'a sûrement menti!

Rire niais. Encore un. Puis, Juan repartait dans la folie de son esprit. Décidément, ce monde était légèrement décalé. Au moins, cela le faisait rire et il était sûr qu'il n'était pas le seul. Il repensait à l'Afrique. Aucun risque de voir des icebergs et des paquebots là bas, il n'y a pas à dire, c'est dans cet endroit que l'herbe est la meilleure. Celle pour les hommes évidemment. Oui, les vaches n'avaient pas trop de quoi s'occuper vu l'aridité de la terre. Qu'est ce qu'il pensait encore? Juan devait se ressaisir. Il ouvrit des yeux ronds pour tenter d'arrêter le flux de sang dans ses neurones et espérer que la Terre reste droite, utopie évidemment. La réflexion de la jeune femme le fit désespérément rire et Juan Martin tenta de se calmer pour ne pas chuter sous la pression.

Oh ouais, ce qu'il est con ce plateau en fait. Être bourré, c'est vraiment pour les faibles. Je ferais mieux de plus bouffer de ce truc, ça va atteindre mon cerveau là. Ah t'es drôle toi, je t'aime bien. Même si t'as plus ce sublime éventail qui te seyait vraiment je trouve.

Il finit par opérer l'échange avec la jeune femme avant de boire un peu d'alcool. Enfin, un peu était un euphémisme à vrai dire. La gorge en feu, Juan fit une grimace avant de reprendre son sublime sourire et son regard de dandy. Il constata que Crawford avait étrangement faim et il la regarda avec incrédulité. Quelle soirée il passait. Une fois qu'elle eut fini d'avaler tous les toasts, Juan lui posa quelques questions sur la raison de sa présence dans cet endroit vraiment peu fréquenté. Il manquait d'alcool de l'autre côté de la porte et ce n'était pas un mensonge vu ce qu'Anne avait dans le collier en réalité. Elle arrivait à débiter un nombre de mots à la seconde qui décontenançait le Juan défoncé. Malgré sa concentration extrême, le pauvre homme avait bien du mal à saisir le sens général de ses propos mais tant pis, il répondrait le premier truc qui lu viendrait à l'esprit.

T'as raison tiens. Elle est où la main d'oeuvre ce soir? C'est pas avec du bambou et des palmiers qu'on va boire du punch hein? Bon si la fête là, autant que je reste là. De toute façon, il me reste plus beaucoup de plante verte. A la base, je devais ramener des toasts au peuple mais je crois que t'as tout plombé là. C'est pas grave, ils boufferont les nappes, ils verront rien. Un joint, ça te dit alors?


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Sam 29 Déc 2012 - 10:57


Dazed & Confused
Ft. Juan M. Gomez & Anne T. Crawford
Toute ces effluves de parfums délirant lui donnaient le tournis, mais c’était agréable comme celui qu’on attrape après avoir abusé de tours de manège. Mais pour le coup, Anne n’était ni sur le cheval de bois d’un carrousel, ni dans une voiture volante, quoiqu’elle avait quelques doutes vu que tout tanguait beaucoup trop autour d’elle. Juan avait l’air dans un sale état lui aussi, et la jeune femme pensait que cela le rendait encore plus attirant, ce côté nonchalant et décontracté – ou pas. D’un mouvement beaucoup trop enthousiaste, elle le va les bras en l’air, souriant de plus belle, « Oh mais c’est que c’est dommage ça ! Parce que dis toi bien que moi, je n’attendais que ça mon cher Juan ! Mais j’ai pas pu et c’est ça qui est navrant ! Et je voudrais savoir pourquoi ! » Appuyant ses paroles par un hochement de tête rapide et entendu, elle haussa les sourcils. La particularité qu’avait Anne quand elle buvait était qu’elle disait des choses à haute voix, qu’elle pensait réellement mais qu’elle gardait secrètement enfermées dans un coffre fort à double serrure et cadenas à code en prime dans son subconscient. Et puis de toute façon pour elle ce soir, il n’y avait rien de bien grave, elle pouvait dire ce qu’elle voulait, et faire ce qui lui plaisait, c’était le petit mexicain au grand chapeau sur la bouteille qui lui avait dit. Et la jeune femme était sure et certaine que les mexicains étaient digne de confiance, après tout ce n’était pas pour rien qu’on mangeait des fajitas ou encore des bujitos en toute sureté.

La Crawford éméchée éclata à nouveau de rire, tournoyant un peu sur elle-même et tapant dans ses mains, du moins tapant dans sa bouteille de tequila avec sa main. « Ouais c’est pour les faibles ! Tu vois nous on est fort ! Moi je suis jamais bourrée, je résiste trop à l’alcool je peux boire autant que je veux ! » La jeune femme commençait à fredonner un air de fanfare du cirque, d’ailleurs elle se demandait si elle n’allait pas s’engager dans une troupe. Juan devait en connaitre lui il était du genre à faire des acrobaties, c’était sur et certain. « Mon éventail ! C’est vrai que je l’aimais bien, mais je l’ai donné à une petite fille , elle en avait vraiment plus besoin que moi ! Et toi d’ailleurs où est-ce qu’elles sont tes petites jumelles ? Elles t’allaient tellement bien ! Si tu m’aimes bien moi je t’aime plus que bien alors ! » Puis elle prit faux air cérémonieux, « Mon éventail me seyait si bien que malencontreusement j’ai du m’en séparer pour ne pas éveiller la jalousie de mes chers camarades de fortune ! »

L’échange fait, la jeune femme finissant ses derniers toasts, mâchait frénétiquement et consciencieusement le pain de mie. Anne fit des yeux ronds comme si elle avait tout à coup eut une illumination, « Tu sais que je crois que ca existe le punch au bambou et aux feuilles de palmiers ? Ca doit être super bon faudrait qu’on en fasse ! » Elle répliqua d’un haussement d’épaule, « Hm, de toute façon ils ont assez mangé, et je suis sure que les nappes c’est pas si mauvais et au pire du pire, ils mangeront des miettes de chips ! » Un nouveau rire, décidemment, elle allait faire une syncope à force de rire sans arrêt, et pour le coup un nouveau petit coup à boire n’aurait pas été de refus, une petite latte de plante verte non plus. « Oh oui c’est pas de refus amigo ! », dans geste elle reprit la bouteille que le jeune Gomez tenait en mains, et bu une nouvelle rasade qui eut pour don de lui mettre compte. « Ouhla ! » Difficilement elle se remit assise sur le grand plan de travail en inox, se laissant un peu tomber en arrière, pour finalement rester allongé. « Ouah c’est hallucinant, tu savais qu’il y avait des lumières tournantes au plafond ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Dim 30 Déc 2012 - 20:35



« Dazed & Confused. »
Anne & Juan




La marijuana avait clairement attaqué la cervelle de Juan. Il divaguait totalement depuis une vingtaine de minutes et se demandait même s'il ne dormait pas. Dans ces moments là, le jeune hippie regardait le sol et il semblerait qu'il était clairement debout. Non, il avait juste trop fumé et il n'avait pas envie d'arrêter. Il était bien trop heureux de rire niaisement sans raison apparente ou bien de voir Anne en double. Tout cela lui faisait extrêmement plaisir. Au fond, tout cela lui faisait se remémorer l'Afrique et cet environnement lui manquait bien trop alors pourquoi ne pas continuer à se plonger un peu plus de l'innocence de ce passé juteux? Enfin juteux était un bien grand mot, surtout lorsqu'il entendait les paroles d'Anne. Encore une fois, pour le Gomez, ses mots étaient flous, vagues et c'est comme s'il n'arrivait pas à les attraper, volutes de fumées invisibles s'envolant au vent. Ouais, il était bien défoncé en fait. Juan Martin pourtant voulait comprendre. Oui, il avait beau ne pas réussir à mettre un pied devant l'autre sans se sentir sur une planche de surf, Juan était persuadé qu'il y avait un message codé derrière les paroles teintées de sarcasme de la jeune brune. Alors, Juan la regarda avec son demi sourire de charmeur sorti tout droit de la dernière publicité de parfum en vogue.

Eh mais qu'est ce que tu racontes là? Tu voudrais savoir pourquoi quoi? Tu savais que l'Afrique, c'était le continent de le la liberté? Apparemment ouais. Alors quand tu veux quelque chose là bas, bah tu le prends. C'est comme ça que ça marche. Enfin, c'est ce que mon petit doigt m'a dit, il est drôlement perspicace!

Juan tituba quelques secondes puis reprit son équilibre, ses bras l'aidant dans son entreprise. Ouais, la prochaine fois, Juan choisirait moins fort étant donné les sensations fortes qu'il était en train de vivre dans son subconscient. Il n'avait d'ailleurs jamais remarqué à quel point ses neurones étaient capables de capter des choses invisibles à l'oeil nu en temps normal. Juan capta une poussière sur l'épaule d'Anne, là comme cela, en mode guerrier. Alors, il avança sa main et retira ce qu'il s'imaginait être une atteinte à l'espace vitale de la jeune femme en lui souriant, en mode Vronsky séducteur. Tout d'un coup, il réalisa qu'il avait certainement dû rêver mais tant pis, il avait accompli son devoir et puis comme cela, il pouvait surveiller les prochaines attaques d'acariens destructeurs. Juan hocha la tête en approbation des paroles d'Anne. L'alcool, c'était vraiment pour les faibles et c'était encore son petit doigt qui lui avait dit.
La jeune femme enchaîna par une petite explication concernant la disparition de ce merveilleux éventail qui avait bien retenu l'attention de Juan. Elle avait préféré faire preuve de générosité plutôt que continuer de tenter l'hippie de loin, quelle bravoure. L'espagnol riait de plus belle, sa main attaquant de nouveau un acarien pollueur dans la mèche de cheveux de Crawford.

T'es généreuse dis donc. Mais c'est bien, fallait en faire profiter à ce misérable village. J'ai fait pareil avec mes jumelles, à part que je les ai échangés contre une noix de coco. J'avais faim. Tu peux pas m'aimer plus que bien, pas alors que tu m'as pas encore goûté.. Enfin, je veux dire, ma marijuana hein! Je suis pas un dragueur moi.

Vérité. Vraie vérité de chez réelle vérité. Juan s'en fichait de tout cela du moment qu'il avait son joint et sa collection de crayons de couleur à offrir à ses chers amis africains. Pourtant, le jeune homme continuait de rire en regardant Anne faire de grands gestes puis s'allonger sur la table, débarrassée de tous les restes de toasts désormais. Elle parlait, continuait inlassablement son discours alors que Juan Martin finissait de préparer le dernier amuse gueules de la soirée, sa dernière victime partagée avec une vieille amie. Les paroles de Crawford pénétrèrent dans ses misérables oreilles mais Juan n'en retint que des balbutiements inaudibles. Ah si, il comprit bien sa dernière interrogation puisqu'il s'était fait cette réflexion à peine dix minutes plus tôt mais pour le reste, ce n'était que chips, nappes, miettes et bambou. Juan alluma le fagot, fuma un peu et passa la drogue à la jeune femme, son regard rieur suivant son geste jusqu'aux yeux de Anne. Ouais, il s'amusait bien et il se souleva à son tour pour s'asseoir aux côtés de Crawford, toujours concentrée sur les lumières du plafond.

Eh tu sais quoi? T'as raison! Qui se démerde avec leurs miettes de bambou mixés avec des chips périmés va. Nous, on a ce qu'il faut et tu m'en diras des nouvelles. Eh fais gaffe avec le plafond, si tu le regardes trop, il pourrait finir par te tomber sur le coin de la gueule, ce serait dommage que je sois obligé de te faire du bouche à bouche pour te ranimer quoi. Surtout avant que t'aies profité de cette merveilleuse plante verte gracieusement offerte. On devrait retourner en Afrique toi et moi un de ces quatre, il me reste des crayons de couleur à distribuer et je crois que t'as jamais fini ton bol de riz, grosse perte, je te le dis moi!


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Mer 16 Jan 2013 - 18:15


Dazed & Confused
Ft. Juan M. Gomez & Anne T. Crawford
Les yeux mi-clos elle savourait l’instant, cette arrêt dans l’espace et le temps, où elle pouvait faire tout ce dont elle avait envie et ne pas penser à tous les autres. Ils devaient tous aller au diable, elle ne deviendrait pas une potiche au chignon trop serré, elle révolutionnerait le mariage moderne. Finit les manmans qui passent leur temps à faire le ménage et la cuisine. Elle jouerait aux jeux vidéos avec ses enfants et ils se goinfreraient de pop corn devant des trilogies les mercredis après-midi. Oui, il ne fallait pas qu’elle oublie ça, il fallait que ca reste marqué dans sa mémoire. Elle avait toujours maudit sa mère pour lui avoir interdit des petits plaisirs sans grande importance alors elle ne recommencerait surement pas. Seulement imaginer des enfants était révolu quand on avait 29 ans et que l’on était à peine fiancé à quelqu’un qui semblait être là sans l’être vraiment. La jeune femme regarda Juan lui sourire en fronçant les sourcils d’un air perplexe, certaine que la conversation qu’ils avaient en dépit des stupidités qu’ils prononçaient avait bien un sens. « Mais de quoi tu parles ? Si on prend tout ce qu’on veux après on pourra plus rien faire ! Regarde, si y a une noix de coco qui reste et qu’on la veut tout les deux ca marchera jamais ! A part si on la coupe en deux mais ca serait compliqué parce qu’on perdrait le lait de coco et le lait de coco c’est méga bon ! »

Un nouveau froncement de sourcils quand Juan s’approcha d’elle pour enlever quelque chose de son épaule, peut-être était-ce un bout de chips ? Anne se mit alors à rire bêtement comme une gamine qui aurait reçut une friandise gratuite, quoique cela n’avait enfait rien à voir. « Han mais qu’est-ce que tu crois je suis pas cannibale pour qui tu me prends ! Je goûte pas les êtres humains je te préviens j’ai pas l’intention de manger un bénévole ! Oh mon dieu, j’espère que c’était du jambon sur tes toasts ! » L’air choqué et sure que ce qu’elle disait était extrêmement pertinent, elle fixa le jeune hippie. Peut-être qu’il voulait la convertir au cannibalisme à son insu, peut-être avait-elle déjà goûté de la chair humaine sans le savoir. Il avait du rencontrer un tribu comme cela en Afrique et il s’était laissé séduire par la pratique. Ou alors c’était pour ça qu’il avait monté son association, pour dévorer quelques bras et quelques jambes en toute tranquillité, sans attirer l’attention, quel stratagème ingénieux et machiavélique !

Les volutes de fumée s’évaporaient lentement au dessus du visage détendu de la brune tandis qu’elle fumait le roulé de plantes vertes que venait de lui passer Gomez. « Je savais pas que le plafond pouvait nous tomber dessus si on le regardait trop ! Il est peut-être trop timide c’est pour ça qu’il tombe dès qu’on le fixe de trop ! Je vais te regarder toi à la place alors parce que t’es plus beau à regarder même si t’es moins lumineux. », dit-elle en souriant et en tournant la tête vers son ami. Elle lui passa le joint, et se mit sur le côté, appuyant sa tête sur sa main. « C’est vrai que t’as raison il faut que je finisse mon bol de riz ! Et puis moi je ramènerai des gommes et crayons de papier ! Oh oui faut qu’on reparte en Afrique ! » Anne commença à inspecter du bout des doigts les cheveux de Juan, « Serieux tes cheveux sont trop soyeux, t’utilises quoi comme shampoing ! Man, tu pourrais faire mannequin ! » Une idée traversa son esprit, « He mais en plus y a un gars sur la couverture de Vogue qui s’appelle comme toi ! Et vous vous ressemblez en plus, quoique lui il a des habits étranges et il est ultra photoshoppé, mais que veux-tu c’est ca la haute couture ! »


© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan Jeu 17 Jan 2013 - 19:51


« Dazed & Confused. »
Anne & Juan




Un peu trop de pensées venaient perturber Juan. Habituellement si calme et relativement réfléchi, cette fois ci, il se contentait d’enchaîner les incohérences en ne les remettant absolument pas en cause. Gomez était coincé dans son monde de bisounours et de magie et voir des rayons lumineux tel la Fée Clochette danser la polka sous ses yeux lui semblait absolument normal. Les rayons se transformèrent en un arc en ciel digne des plus beaux fonds d'écran d'ordinateur jamais affichés. Quelques secondes d'inattention où son sourire continuait de luire sans répit. Puis, il se concentra de nouveau sur Anne qui semblait tergiverser sur des méthodes de calcul relativement complexes. Une philosophe dans l'âme. Juan martin avait instantanément la conviction que Rousseau était revenu d'entre les morts avec son magnifique chapeau d'antan pour lui conter les plus belles leçons de vie. Il fallait conserver le mystère et ne surtout pas tout avoir tout de suite sinon où serait le plaisir? Juan hocha la tête en signe d'approbation, appuyant son geste d'une expression faciale appréciable. Encore une fois, l'esprit des noix de cocos africaines étaient un lieu irréprochable qu'il partageait avec la jeune Crawford, encore un sourire étendu. Et un de plus. On aurait dû créer la journée internationale du sourire rien que pour cette soirée vu le nombre de rides que Juan venait de créer sur son visage angélique. Avec sa capacité de réflexion limitée, Voltaire Gomez reprit la parole.

Je suis pas sûre que t'aies raison sur ce point. Y a toujours quelque chose à faire de plus, toujours une noix de coco à cueillir quelque part dans ce monde. Alors au pire, si on veut garder le lait de coco.. Je suppose que j'aurais qu'à faire un aller retour rapide à la recherche de la reine noix de coco pour régler le problème tu vois! Âme généreuse tu vois bien... Faut pas être pessimiste comme ça, à croire que t'as une vie pourrie pour t'empêcher de rêver plus grand comme ça!

Et chacun était reparti dans ces délires dignes d'un remake de Trainspotting à l'américaine. Juan s'amusait avec les petits êtres invisibles qu'il voyait dans son champ de vision, ceux qui s'approchaient trop près d'Anne étaient annihilés presque instinctivement. La jeune femme, quant à elle, semblait refuser de prendre part des pratiques des tribus indigènes. Aucune idée de ce qui l'avait amené à ce sujet de conversation mais Juan ne s'en indignait nullement. Il aimait bien ce genre de conversations un peu délurées et hors du temps. Dans ces moments là, il avait l'impression d'être dans Pinocchio qui s'évadait des rennes de son maître. Devenir enfin lui même, un Gomez accro à la plante verte et un brin philosophe tout autant que charmeur. Un nouveau rire s'échappa de la gorge du jeune hippie alors qu'Anne arrêta de parler quelques secondes. Ouais, il l'aimait bien cette brune, elle était naturelle et tellement moins réservée que dans son vague souvenir.

J'aurais pensé que me manger te ferait plaisir... Mais t'as raison, je serais pas très utile avec un bras en moins! Promis, c'était que du jambon, enfin je crois... Cela dit, on peut jamais être sûrs vu ma consommation de plantes vertes de la journée. Il va falloir que t'aies confiance, j'espère que tu pourras quand même bien m'aimer hein! Ce serait dommage sinon!

Et reprendre une bouffée de la drogue. Se sentir en paix, étrangement heureux alors que la fumée se diffusait dans toute la pièce avec une facilité déconcertante. Cette fois, Juan ne pouvait plus distinguer de Rousseau, fée clochette, arc en ciel ou tout autre Tintin sorti d'une bande dessinée sans nom, il constatait juste le brouillard et le regard brillant d'Anne dans cette folie meurtrière. Juan Martin finit par revenir en lui alors qu'il sentait la main de la jeune femme se promener dans ses bouclettes naturelles. Ce geste fut accueilli par un sourire alors que Crawford émettait compliment sur compliment en ce qui concernait son physique. Juan n'en était que peu gêné, concentré sur le goût sucré du tabac dans sa gorge. La dernière phrase de la jeune femme éveilla un peu l'espagnol, alors qu'il s'approchait d'elle, les bras croisés et le sourire amusé clairement affiché.

T'insinues que je suis photoshoppé? C'est pas mon genre tu sais! Je suis un mannequin depuis que je porte ma première couche alors tu vois ça fait longtemps. Mais bon, je préfère dire que je suis un hippie, c'est plus glorieux que de se traîner avec les vêtements de Michael Jackson dans les magasines. A moins que ce soit ceux de George Michael, je me rappelle plus! Eh mais dis donc, tu pourrais poser toi aussi. Je te ferais une petite place sur une de mes photos parce que franchement, t'es quand même jolie. J'en reviens pas qu'on t'as pas encore remarqué, je vais arranger ça. A coup de noix de cocos et de plantes vertes, je peux être persuasif.

Il lui fit un sourire charmeur alors que la fumée semblait se dissiper peu à peu. Juan n'avait pas réalisé qu'il s'était avancé dans le brouillard des plantes vertes et se retrouvait proche d'Anne alors qu'il terminait son discours éminemment touchant. Son sourire toujours affiché, le Voltaire espagnol restait planté là alors que la drogue se consumait naturellement. Il était à sec, triste sort mais toujours loin d'être lucide, clairement envieux du joli visage de Crawford la femme à l'éventail.


© codage by Lou'
Revenir en haut Aller en bas



WELCOME TO DETROIT
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dazed & Confused # Anne & Juan

Revenir en haut Aller en bas
 

Dazed & Confused # Anne & Juan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» Pourquoi a-t-on enlevé la photo de Juan bosch.
» [Bayonne] [Pastorale] Anne de Breuil
» [Baptême - R] Anne du Breuil
» Unies par une glace - PV Clara & Andréanne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M NOT PERFECT ::  :: ϟ RPG-