AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Mar 18 Déc 2012 - 13:35


I don't want a lot for Christmas,
there's just one thing I need.

∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL.


La magie de Noël. C'était peut-être ça, alors. Proposer aux deux hommes qui formaient ses piliers de passer le réveillon en sa compagnie, à tout hasard, et les voir accepter le sourire aux lèvres. La magie de Noël. C'était peut-être ça, alors ; S'être lancé dans la décoration d'une simple plante verte pour en faire un fier yucca de Noël, et que finalement l'opération se termine en bataille de décorations et baiser langoureux emmêlés dans les guirlandes sur le canapé du salon. Un mois et quelques qu'ils avaient révélés l'un à l'autre la force de leurs sentiments, que leurs lèvres s'étaient jointes, et qu'ils s'étaient aimés pour la première fois. La magie de Noël. C'était peut-être ça, alors ; Partir terminer ses achats en fin d'après-midi avec son meilleur ami. Passer un moment avec lui avant de ne rentrer à l'appartement, et de fêter. C'était peut-être ça, redevenir un enfant pour quelques heures, avoir les yeux brillants devant les lumières. Se trouver une famille pour un soir quand elle n'était plus qu'un souvenir en réalité. Se réunir, tous ensemble. Pas besoin d'avoir les mêmes croyances, de regarder forcément dans le même sens. Restait l'âme de l'enfant heureux en nous qui nous réunissait.

À cette heure-là, déjà, le ventre grouillant plus ou moins de monde de Detroit s'était vidé, et les artères du métro de la ville s'étaient elles aussi dépouillées d'utilisateurs et d'habitants. Un autre jour, à un autre instant de la journée, y aurait-il encore eu hommes et femmes pour arpenter les rues et user des transports en communs. C'était le soir du réveillon de Noël, et beaucoup s'étaient rapatriés chez eux. Beaucoup, mais pas tous. Une rame de métro arrivait au niveau de la station desservant Woodward Avenue.. Downy reposa son regard sur son voisin. Jaymes. Une fin d'après-midi avec lui, et l'esprit de Noël les avaient cueillis comme deux enfants. Était-ce leur faute, alors, si ils étaient restés plantés à côté d'un père Noël de supermarché pendant une bonne demi-heure, arguant sur la plus sérieuse des conversations à propos de Rudolf le renne ? Retrouver son âme d'enfant. Et l'innocence, aussi, de leur adolescence, et de ces instants-là, mythiques, qu'ils avaient partagés tous deux. Les portes hermétiques du métro se rouvrirent enfin.

Un petit souffle, appel d'air, vint mordre la peau de Downy. Downy, qui, comme à son accoutumée, était plus fort à adapter un vêtement à chaque saison qu'à en avoir nombre de sa penderie. Réflexe humain, il rentra un peu le menton dans son épaisse écharpe de laine. Sweat épais, rangers, pantalon en toile et écharpe enroulée autour du cou. Cloué dans son fauteuil, quelques achats sur les genoux. Et la petite lueur du gamin content de lui dans ses yeux noisettes. Downy descendit sur le quai, habile, et fit un rapide demi-tour sur lui-même, reposant ses yeux sur Weeler. Son meilleur ami. Une après-midi, et ils s'apprêtaient à rentrer à son appartement. Il avait convié son voisin, ami désormais majeur. Majeur devenait même... faible comme mot. Un mois plus tôt, les choses avaient pris un nouveau tournant. Et Downy s'en devait de le dire à Jaymes. Le quai se retrouvait déjà quasiment désert, en attente de l'arrivée d'un nouveau serpent de fer sous-terrain. "Bon.. Faut que j'te dise, Jaymes.. Ysmael, en fait.. on est ensemble." Esquisser un sourire, se mordiller la lèvre inférieure. Dernier amour en date annoncé à Jaymes, le Weeler avait pu ramasser les pots cassés. Mais cela l'avait fait grandir alors, et les choses changeaient toujours sans cesse et sans arrêt. Ils étaient déjà un peu en retard, et Gomez, justement, de tarderait pas à se demander ce qu'ils faisaient. Mais qu'importe. C'était un petit point qu'il fallait quand même préciser avant qu'il ne les présente l'un à l'autre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Ven 21 Déc 2012 - 18:24

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. →


Downy, Ysmael & Jaymes
★★★★★★

La magie de Noël, cela faisait de nombreuses années que Jaymes n'avait même eu le temps d'y penser. Le boulot, toujours le boulet, donner sa vie pour cela et sans rien en retirer en échange. Aujourd'hui, il comptait bien se faire plaisir. Un sublime réveillon en perspective puisqu'il allait le passer avec une des personnes qui comptait le plus pour lui et ce, depuis l'enfance, Downy Clarkson. Ces temps, ci les deux jeunes gens avaient repris l'habitude de ces sorties qu'ils se faisaient lorsqu'ils sortaient tout juste de l'adolescence. Retour en enfance à déambuler dans les rayons, l'homme en fauteuil et l'homme qui ne ressemblait nullement au PDG qu'il était en ce jour. Comme des enfants, ils s'extasiaient devant les derniers jeux à la mode, les Père Noël en quête de clientèle et leurs discussions tournaient toutes autour de la magie de ce fameux 25 Décembre. Ils réussirent tant bien que mal tous deux à terminer leurs achats de Noël et l'heure tournait inéluctablement. Il se faisait bien tard et lorsqu'ils entrèrent dans le métro en direction de l'appartement de Clarkson, le jour commençait déjà à tomber et les dernières traces des autres âmes humaines s'estompaient. Pas grand monde dans la rame alors que quelques clochards les regardaient avec envie, une bouteille à la main. Jaymes leur fit un sourire timide tout en regardant le paysage glauque du souterrain défiler sous ses yeux.

Woodward Avenue. La soirée commençait et les ennuis aussi même si Weeler ne le réalisait pas encore. Il aida Downy et son fauteuil à s'extirper de la rame alors que son ami semblait réfléchir profondément. Jaymes l'observa, les bras croisés et les sourcils froncés, légèrement inquiet. C'était le réveillon et ils avaient certainement mieux à faire que d'avoir l'air soucieux sur le quai du métro. Il attendit pourtant le temps qu'il faut pour que Downy ose parler. Ysmael. Voilà ce qui le tracassait. Apparemment, cet homme se trouvait être son nouveau fiancé. Jaymes était quelque peu soulagé, il s'était attendu à une bombe concernant l'état de santé de son meilleur ami. Bien sûr, il était méfiant. Le dernier petit ami en date de Clarkson s'était enfui sans demander son reste dans les moments les plus difficiles qu'il avait à vivre. Braeden tout craché finalement. Il espérait cette fois que le professeur serait heureux et reprendrait goût à la vie.

Pendant deux secondes, j'ai cru que t'allais m'annoncer un nouveau problème avec tes jambes. Faut que t'arrêtes de me faire peur comme ça, vieux! Je suppose que c'est la raison pour laquelle il est là ce soir. Je m'adapterais, t'inquiète pas. Du moment qui te rend heureux et se barre pas au premier nuage, moi, j'ai rien à redire...

Il tapota l'épaule de Downy avec amitié alors que son téléphone se mit à sonner. Il le regarda, lui spécifiant ainsi qu'il devait répondre: en effet, c'était Constance au bout du fil. Il s'éloigna un peu de son ami, se détournant quelques secondes alors que la jeune femme espérait qu'il passerait un bon réveillon, un peu déçue qu'il ne soit pas avec elle. Il était concentré sur sa conversation, bien trop concentré sur cette futilité qu'il n'eut pas le réflexe d'écouter ce qui se tramait derrière lui... Downy, son fauteuil, son répondant et la catastrophe d'une agression sans précédent, une agression qui changerait tout aussi bien pour Downy que pour la psychologie de Jaymes...


Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Sam 22 Déc 2012 - 8:14


I don't want a lot for Christmas,
there's just one thing I need.

∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL.


Béton. Violence. Rouge. Rouge sang. Noir. Noir comme la nuit. Gris. Gris comme le béton. Douleur sourde. Exacerbée. Mordre la poussière. Rouille. Le goût de fer dans la bouche. Cris. Silence. Hoquets. Se débattre. Se battre. Abandonner. Impossibilité. Rouge. Rouge. Rouge. Le nez éclaté. La lèvre éclatée. L'arcade éclatée. Le coeur éclaté. Les chairs éclatées. Hoqueter. Le sang dans la bouche, le coeur au bord des lèvres. Douleur. Se plier sous son coup. Se plier sous les coups. Incapacité. Ne pas pouvoir se défendre, ne pas pouvoir se battre. Joyeux Noël. Flashs incessants et sans but. Lumière agressive. Agression. Agressé. "On fait moins le malin, l'handicapé, hein ?" En arriver là. Un autre coup au creux du ventre, une autre rangers prise dans le dos. Impuissant. Ne plus pouvoir rien faire. Serrer les dents. La douleur. Fulgurante. Spasmes et flashs. En arriver là...

Downy fut soulagé. Oui. Jaymes serait toujours là, pour le supporter, dans tous les cas. Il avait craint que son meilleur ami ne coince devant la nouvelle. Encore un ami. Encore un voisin. Encore une histoire avec un homme. Encore croire que c'était le bon. Il ne valait peut-être mieux pas préciser les circonstances exactes de leur rencontre au Weeler. La droite dans le nez que Clarkson s'était prise, tout début d'une histoire d'amitié, et désormais, d'un peu plus, qui y aurait cru ? Downy lui donna un coude en réponse à sa petite marque d'affection "Réponds à ta fiancée, tu mérites bien ça, tu vas passer réveillon à te taper l'accent espagnol du mien !". Downy eut un petit rire, faisant demi-tour avec son fauteuil. Constance... Tiens, en parlant d'amours, Downy n'en avait jamais réellement parlé à Jaymes.. Mais Lauryn était restée, dans son esprit, la bonne pour Weeler. C'était stupide, qu'il la préfère ainsi, me direz-vous, mais bon. Les goûts et les couleurs.. Et puis, si Jaymes, lui aussi, était désormais heureux avec Swanson, qu'il en soit ainsi ! Ce n'était pas lui qui allait donner des leçons quand il savait pertinemment que son ami d'enfance avait toujours vu d'un sale oeil son union avec Braeden. Enfin bref. Downy poussa d'un mouvement souple encore les roues de son fauteuil. Que restait-il, sur le quai, à cette heure-ci ? Qui restait-il ? Peu de choses, pas grand-chose, peu de monde, pas grand-monde. Quelques SDFs. Mais même eux ne faisaient pas légion dans la bouche du métro. Downy glissa un billet à celui qui était le plus proche de lui. C'était Noël, non ? De toute façon, il le faisait souvent. Faire preuve de bonté, ou tout simplement, aider un autre. L'incartade vint sans quasi-raison. Ou plutôt si. Se détournant de l'homme, quelques mètres plus loin, tombant sur ces deux types. Sentir que même avec discrétion, l'un tenta de dérober son porte-feuille à Downy. Downy. Downy qui réagit au quart de tour, comme trop souvent. Downy qui ne se laissa pas faire. Downy qui eut la mauvaise idée de se défendre, Downy. À deux valides contre un paraplégique. Les règles du jeu n'étaient pas respectées. Se retrouver à terre. Une fois séparé de son fauteuil, que pouvait-il ? Plus rien. Bouche de métro, acharnement. Joyeux réveillon de Noël, Downy se faisait défoncer par deux petites frappes qu'il n'avait pas voulu laisser faire. Jaymes. Jaymes, il fallait se retourner. Déboucher tes oreilles, regarder derrière toi. Downy se faisait lyncher, il était impuissant.

À terre, essuyer les coups, et pourtant, tenter encore de se défendre. Il voyait des points noirs dans son champ de vision. Les paquets et le fauteuil renversé gisaient à quelques mères de là. Un cri étranglé. Un appel au secours, un appel à l'aide. "Jaymes !" Et la douleur. La douleur qui irradiait, les ecchymoses par dizaines qui tâcheraient son corps. Sensations sourdes, sensations inquiétantes, inattendues, inespérées imprévues. Il prenait cher, il n'y avait pas d'autres expressions. Et même ses jambes le faisaient souffrir. Même ses jambes..
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Sam 22 Déc 2012 - 18:38

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. →


Downy, Ysmael & Jaymes
★★★★★★

Un coup de fil inopportun. Il savait d'avance qu'il n'aurait pas dû décrocher. Ne jamais laisser un ami vulnérable, en fauteuil, seul sur un quai de métro. Ô grand jamais. Grossière erreur dont Jaymes ne prit pas conscience immédiatement. Il se concentrait plutôt sur la voix criarde de Constance qui l'implorait d'acheter on ne sait quel aliment pour le repas du lendemain. De toute manière, les magasins étaient déjà fermées à cette heure. Alors pourquoi s'évertuait il à se justifier? Parler, toujours parler et encore parler? Des coups lancés, des coups reçus surtout sur un corps déjà frêle, des craquements et rien de tout cela n'atteignait Jaymes. Dans son monde de bisounours, de courses de Noël, le pauvre PDG n'entendit que tardivement le cri enragé de Clarkson. Weeler se détourna, portable à la main alors que la voix de Constance se faisait toujours entendre....

Le silence. La mâchoire qui palpitait, les narines qui se dilataient alors que Jaymes réalisait la situation. Deux hommes s'acharnaient sur son ami à terre, en souffrance. Ni une, ni deux, Weeler s'avança, pas en courant non, simple marche assuré qui l'amènerait exactement là où il devrait être. L'air sérieux, renfrogné, concentré. Il avançait, avançait toujours vers ce destin, le sombre destin qui l'attendait.

Tirez vous. Maintenant.

Voix venant des ténèbres. Démarche qui s'arrête devant les deux hommes. Narines dilatés. Mâchoire palpitante. Pas un mouvement de recul chez les bandits. Bien. Jaymes ne lança pas un regard vers Clarkson, il savait qu'il sombrerait s'il le faisait. A la place, il termina son avancée et cette fois, son poing vnt se figer dans le visage d'un des hommes alors qu'il agrippa l'autre avec force. La haine dans le regard, le Jaymes sauvage avait effacé le gentil PDG du casino. Monstre de force et de colère, il voulait les anéantir, tous...


Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Mar 1 Jan 2013 - 11:45


« I don't want a lot for Christmas, there's
just one thing I need. »
feat. Downy R. Clarkson & Jaymes T.Weeler


Noël. Noël et ses guirlandes illuminées, ses villes plongées sûrement trop tôt dans l'obscurité, et ses repas familiaux. Noël. Noël et ses cadeaux, Noël et le partage. Traditions familiales auxquelles Ysmael n'avait pas été convié cette année. Une fois de plus, rejeté par ce père qui le temps d'une soirée seulement semblait avoir été sien. Rancunier qu'il était, lui n'avait pas souhaité voir son fils caché se pointer à la réunion familiale à laquelle il avait pourtant assisté ces dernières années. Par peur des dégâts supplémentaires qu'il pourrait causer, peut-être. Par fierté, aussi. Propre aux Gomez. Ainsi Downy lui avait-il proposé de passer cette soirée avec lui. Proposition qu'il avait accepté sans se faire prier, heureux de fêter Noël avec l'homme qu'il aimait et son meilleur ami. En réalité depuis bien longtemps Ysmael avait perdu ces sensations délicieuses que pouvaient être celles éprouvés durant ces périodes de fêtes. Dégoût grandissant des repas familiaux qui avait naquit en lui lorsqu'il avait compris son histoire, et ses origines. Malgré lui. Aussi en ce jour du 25 décembre se surprenait-il à de nouveau être impatient face à la soirée qui l'attendait, sûrement grâce à Clarkson qui une fois de plus semblait lui avoir permis d'apprécier à nouveau sincèrement ces traditions. Grâce à son amour. À la personne qu'il était, aussi. Et à cette insouciance qui demeurait intacte dans son regard chocolaté, yeux brillants auxquels il n'avait encore pas pu résister.

Une demie heure de retard. Aucune réponse à un sms envoyé quinze minutes plus tôt. Ysmael enfila sa veste et sortit de son immeuble, arpentant les rues de la ville endormie, clope au bec. Depuis longtemps déjà les avenues s'étaient vidées, laissant place au silence propre à la nuit de Noël dans la ville de Détroit. Demeuraient en seules traces de vie quelques guirlandes et lumières colorant les rues de leurs mille couleurs différentes. Chaleur réconfortante appelant au partage si propre au mois de Décembre. Un léger sourire se dessina sur le visage de Gomez à cette idée alors qu'il s'engouffrait dans les sous sols du métro, pensant retrouver Downy et Jaymes à cet endroit. Terminant sa cigarette, Ysmael écrasa cette dernière sous son pied avant de redresser le regard.

Downy. Downy, à terre. S'avancer, déterminé. Rapidement. Sentir la colère et la haine s'immiscer dans chaque parcelle d'un corps dans lequel chaque muscle était à présent déjà tendu. Ainsi Gomez se retrouva-t-il quelques secondes plus tard près de Clarkson, vérifiant en premier lieu son état avant de se redresser et faire face à ses deux agresseurs. Adressant un regard bref à celui qu'il reconnut comme être Jaymes, Ysmael attrapa le col du second bandit et lui asséna un nouveau coup au visage machinalement. Frapper, encore frapper. Evacuer ce trop plein de haine qui était apparu à la simple image de Clarkson au sol. Besoin irrépressible de le protéger, encore, toujours. Chaque coup lui ayant été adressé semblait avoir blessé Ysmael aussi. Retrouver sa douce amie la violence qui pourtant depuis quelques semaines semblait l'avoir quitté auprès de Downy. Cette haine, sans limite, aussi effrayante soit-elle, aussi. Gomez ne savait pas vraiment s'il allait pouvoir s'arrêter. Trop blessé. Trop inquiet. Soucieux de faire payer à ces deux abrutis leur erreur. Jamais l'espagnol n'avait pu ressentir tant de colère en l'espace d'un instant. Downy. On avait blessé Downy. L'homme qu'il aimait. La personne qu'il aimait sûrement le plus au monde. Personne ne devait le toucher. À ce risque. Celui de faire renaître une violence qu'il pensait avoir enterré depuis longtemps. Celui de le faire redevenir cette bête de chair et de sang...

créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Mer 2 Jan 2013 - 6:11


I don't want a lot for Christmas,
there's just one thing I need.

∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL.


C'était l'apogée de la violence, paroxysme de la souffrance. Le temps filait et s'était arrêté. Sombrer, couler. Crever. Lancer, comme un dernier fol espoir, ce cri enroué, alors qu'encore et toujours violence se faisait. Sur cet homme, fait de rouille et d'os. La débauche de la haine de nos sociétés. Downy hoquetait. Le souffle coupé, le corps broyé, et l'esprit piétiné. Il se débattait comme l'aurait fait l'homme déjà perdu, en s'enfonçant dans des sables mouvants. Ressentir et sentir, discerner plus que voir, ne pas écouter mais entendre. La pression de sa maltraitance s'évapora en même temps que l'image idéale de son meilleur ami. Suffoquer. Hoqueter. Regain d'énergie aux allures meurtrières, essayer de s'éloigner de la rage des combats. Réaction plus qu'égoïste, question de survie. Forcer sur les coudes, se poussant sur le dos. Encore, toujours, s'étouffer par lui-même. Se battre, se débattre. Désertées par les muscles, pourtant, faiblement, douloureusement, il avait poussé des jambes, avait usé des pieds pour se dépêtrer de l'action. Downy était dans cet état un peu déraisonné qui aurait pu vous pousser au plus fou. Fébriles ses mouvements désordonnés; ses doigts tentaient avec fièvre de se défaire de son écharpe alors qu'encore et toujours, il s'étouffait, elle l'étouffait, hoquetant et crachotant le sang qui tombait de son nez brisé et de l'ouverture qui s'était faite à l'intérieur de sa joue. Tenter de se sauver, et voir pourtant d'un oeil paniqué ce Jaymes, bête de violence, frapper sans pitié aucune. Ey encore, les moucherons dansaient devant ses yeux, odieux perturbateurs de sa vie et de sa vue, et si compréhensibles perturbations de son cerveau et de son corps meurtri. C'est ainsi que la figure d'Ysmael lui apparut, entre la violence et sa violence. Quelques mots, confus, rapides. Sentir son regard glacé se poser si protecteur sur lui, alors qu'il s'enquérait de son état. Etat seconde. Ce fût ainsi que Clarkson vit le second fauve se jeter dans l'arène. Se pencher sur le côté, appuyé sur un coude, faible et pourtant empli de force. Et crachoter ce sang, son hémoglobine dans laquelle il aurait pu sembler se noyer. Être là et en même temps ailleurs, simple spectateur. Ne pas flancher ici et maintenant, alors que la bataille faisait rage à quelques pauvres mètres de lui. Et pourtant, il aurait pu. Il arrivait parfois que douleur soit si présente et intense; alors, le cerveau déconnectait et la chute n'était que le trou noir d'une perte de conscience. La bataille. Le champ de bataille. Ainsi, le bazar s'étalait aussi dans son crâne douloureux. Il voyait violence, et elle flottait au-dessus de lui, ou aurait-ce était l'inverse alors. Qu'importe, encore, ou plutôt que n'importe pas. Weeler et Gomez, inconnus contre ces inconnus. La rage animale qui s'évaporait de chaque pore de leur peau dans cette déclame de craquements sinistres, de violence et d'expiation, rendit un long frisson à Downy. Ou peut-être n'était-ce que simplement réaction physique d'un corps extirpé de l'agression, du lynchage. Chaque mouvement observé et vécu en vitesse ralentie, le temps semblait pour autant lui filer entre ses doigts tremblants. Aussi violente altercation finirait par être signalée, si cela n'avait pas déjà été fait. Downy se croyait déjà à entendre sirènes. Ou alors était-ce bien réel. Bientôt, débauche, encore mais cette fois de corps s'entrechoquant dans un tout autre but. Bientôt, sûrement dans une minute, ou peut-être plus, ou peut-être moins. Mais pas maintenant. Pas en cet instant. Pas encore. Encore, ce frêle être se spamma, convulsions et expectorations de ce liquide pesant sur sa langue de son goût de fer, de son poids de rouille.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Mer 2 Jan 2013 - 19:33

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. →


Downy, Ysmael & Jaymes
★★★★★★

Détruire. Assommer. Casser. Jubiler. Jaymes adorait la sensation de pouvoir qui traversait ses muscles alors qu'il plaquait le bandit contre le mur derrière lui, son nez en sang. Plus rien d'autre ne comptait. Juste le briser. Le massacrer. Le faire crever. Et ses muscles tendus, le poing levé, Weeler lui cracha au visage. Il méritait pire que cela, pire qu'un nez cassé et des côtes fracturées. Il voulait le tuer. Le faire disparaître de cette maudite Terre. Débarrasser Detroit de la pire vermine au monde. On ne touchait pas à Downy. Jamais toucher à Downy sous peine de subir le courroux des cours de self défense de Jaymes Weeler. Le chef d'entreprise décolla le voyou du sol et le toisa avec véhémence. Plus jamais il ne recommencerait. Plus jamais il ne regarderait un handicapé de travers. Il le tuerait. Lui fracasserait le crâne sur un trottoir avant de scier son crâne en deux. A moins qu'il ne choisisse de le traîner sur trois kilomètres avec sa moto. Au choix. Dans tous les cas, Jaymes voulait le voir le supplier, lui avouer que sa vie était entre ses mains tyranniques et ce qu'il vit le fit plus que rire. Un véritable rire tonitruant s'échappa de la gorge de Tyler alors qu'il constatait la flaque en dessous du jeune homme. A trop jouer avec le feu, on finissait par le payer et Weeler adorait le voir gémir pour sa vie comme cela entre ses mains puissantes.

Pourquoi faire le petit malin alors que tu te pisses dessus au premier coup dur? C'est bien de se prendre pour un dur mais après faut assumer. Là, je me retiens de te foutre la gueule dans de l'acide et te regarder crever avec délectation. Mais comme je suis un type sympa, je vais te laisser partir pour cette fois mais si je te recroise, t'es mort, qu'on soit d'accord.

Jaymes le lâcha sans cérémonie et le regarda partir en courant alors qu'il regarda quelques secondes Ysmael se débattre avec le deuxième criminel. Il semblait gérer la situation alors Weeler courut plutôt vers son meilleur ami, au sol, achevé. Il entendit les sirènes au loin et en levant la tête, Jaymes constata en effet qu'ils avaient un public mais personne n'osa s'approcha, comme apeuré. Weeler s'en fichait éperdument et tenta d'éveiller un peu Downy, sa main servant de catalyseur. Le professeur finit par ouvrir les yeux, Jaymes laissant un sourire de soulagement éclairer son visage un brin effrayant depuis quelques minutes. Ysmael finit par apparaître à ses cotés alors que les secours se faisaient encore plus entendre.

Dow', merde. Ca va aller. Reste avec nous. Je t'en supplie, reste avec nous.

C'est tout ce que Jaymes réussit à articuler, comme bloqué par la peur. Il resta ainsi, perdu dans ses pensées quelques minutes alors que les ambulanciers étaient désormais arrivés. Jaymes avait peur, il était effrayé comme jamais. Il ne pouvait pas perdre son meilleur ami, il s'en voudrait toute sa vie. Ses poings étaient toujours aussi serrés alors que Weeler réalisait qu'il avait bon nombre de tâches de sang sur ses vêtements et son visage. Il avait bien failli ne pas pouvoir s'arrêter, il aurait tué ce type, lui aurait fait mangé la poussière et il le savait. Il avait trop aimé cela. Il aimait trop cela. Se sentir puissant et invincible. Jaymes finit par relever le regard vers Ysmael, hochant la tête en signe de remerciement, avant de regarder Downy puis les ambulanciers qui prenaient ses constantes. Jaymes hésitait à s'interposer. S'ils lui faisaient plus de mal, il les exterminerait. Tous. Un à un. Et c'était la pure vérité.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Dim 6 Jan 2013 - 14:08


« I don't want a lot for Christmas, there's
just one thing I need. »
feat. Downy R. Clarkson & Jaymes T.Weeler


La folie, peu à peu, semblait s'être emparée du corps de l'espagnol tandis que son regard était planté dans celui de l'homme qu'il maintenait à présent par le col. La respiration haletante. Le coeur battant, encore, plus que jamais. Alimenté en sang par cette haine et cette rage de détruire outrancière. Se délecter du plaisir de voir la peur s'immiscer dans les yeux déjà embués de celui qui pourtant était la cause de cette situation délicate. Et, encore, venir le frapper au visage, poings serrés, mâchoire contractée. De toute la force dont il pouvait faire preuve. Ajoutée à celle de l'amour qu'il portait à Downy. Downy. Downy par terre, Downy en sang. Downy blessé. Sentir une nouvelle décharge électrique se répandre dans chaque muscle déjà tendu, incitant ainsi un nouveau coup. Et assouvir ce désir ô combien violent qu'était le sien en cet instant. Retrouver ces fantômes. Ceux de l'homme qu'il avait été. Et cette haine envers le monde entier. Clarkson l'avait aidé, un peu, à canaliser cette énergie trop importante, et l'avait transformé en une tendresse nouvelle que jamais il n'avait connu jusque là. Le calme avant la tempête. Un imprévu et ses démons revenaient au galop. Un imprévu et, de nouveau, Gomez détruisait. Par volonté. Par impulsivité. Par amour. Son coeur en cet instant, déchiré par l'image encore fraîche de son voisin au sol lui criait de continuer. Faire payer, rendre justice. Au nom de l'amour. Réaction purement physique, besoin primaire. Celui de le protéger, et de se protéger lui-même. Ainsi vint-il de nouveau asséner un coup à l'homme face à lui qui déjà le suppliait d'arrêter. Vulnérabilité ridicule qui lui fit esquisser un sourire amusé, de ceux qui depuis longtemps n'avaient plus habillés son visage. Mélange de sarcasme et de sadisme. Il voulait le voir souffrir. Plus que jamais. Et le tuerait de ses propres mains s'il lui fallait cela pour comprendre. S'approcher de lui, encore. Gomez posa ses deux yeux bleus sur le visage de l'agresseur, au sol. Et répondit finalement à ses supplications d'un ton amusé. « Tu trouves pas ça drôle, toi, de frapper les gens ? Pourtant t'avais l'air de t'amuser il y a quelques minutes... » Un léger rire amusé, et l'espagnol vint s'approcher, encore un peu de lui, reprenant un air plus sérieux cette fois-ci. « Je sais combien c'est facile et amusant de s'en prendre à plus faible que soi, sinon je ne me serais même pas attardé sur ton cas. Mais c'est tellement lâche aussi. » Et, encore, Ysmael enfonça violemment son pied dans le ventre du délinquant a plusieurs reprises, avant de regarder celui-ci gémir suite à son coup. Un nouveau sourire, et Gomez vint s'accroupir prêt de sa victime, attrapant fermement sa mâchoire entre ses doigts tâchés de sang. « Je n'ai pas envie de me salir davantage, et surtout pas avec ton putain de sang pourri. Alors estime toi heureux, ouais. Mais si y'a une chose que j'espère bien pour toi c'est que tu crèveras bientôt. » Violemment, Ysmael lui plaqua le visage contre le sol et se redressa rapidement pour venir rejoindre Jaymes aux côtés de Downy. Doucement, il vint attraper la main de Clarkson entre ses doigts et la serra doucement en articulant difficilement ces quelques mots, la voix brisée. « Ca va aller Downy. Garde les yeux ouverts, surtout... Je... Tout ira bien. »

Les sirènes se rapprochaient, lentement. Beaucoup trop lentement. Et Ysmael, le regard posé sur le visage de Clarkson tentait tant bien que mal de garder son calme. Pas une seule fois il ne tourna la tête vers Jaymes. Pas une seule fois il ne bougea d'un centimètre, terrassé par la douleur et la peur qui cette fois-ci avaient fait disparaître cette haine de son coeur. Chaque seconde lui croyait un peu plus défaillir, et ce n'est que difficilement qu'il lâcha la main de Downy lorsqu'un ambulancier sorti de nul part le lui demanda. Totalement désorienté, Gomez accepta à contre-coeur et se pencha maladroitement vers son voisin avant de murmurer d'un ton incertain. « Je t'aime. » Sans réellement le vouloir, il se redressa et s'éloigna un peu ne le quittant cependant pas un seul instant des yeux, bien trop inquiet pour cela. Qu'allaient-ils lui faire ? Et lui, allait-il aller mieux d'ici peu de temps ? Se rétablir ? Il le devait. Il devait se rétablir. Coûte que coûte. Sinon jamais Ysmael ne se le pardonnerait. Déjà la culpabilité semblait avoir fait un petit bout de chemin en lui, et, pris d'une nervosité soudaine Gomez glissa une cigarette entre ses lèvres et l'alluma avant de rejoindre Weeler. Cette fois-ci, il lui adressa un regard, incertain. Sans rien dire. Pas un seul mot. Qu'aurait-il pu ajouter après tout ?

créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Lun 7 Jan 2013 - 14:24


I don't want a lot for Christmas,
there's just one thing I need.

∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL.

C'était plus simple de fermer les yeux. Tenter, au sein de son crâne, d'éluder le monde ensanglanté dans lequel il était perdu. Il les entendait. Jaymes et Ysmael. La rage de leurs mots, le chuintement de leurs poings trouvant les corps de ses deux agresseurs. Ne pas écouter. Ne pas entendre. Le bruit des sirènes lui vrillait déjà le crâne. Downy était détaché. Détaché de cette violence dont il n'était que la seule raison. Être un brin ailleurs. Battre des paupières. Et le voir. Les voir. Se pencher sur lui. Les mains tâchées d'hémoglobine, mais tout-à-coup loups redevenant agneaux. Des mêmes mots ou presque, lui certifier que tout irait bien. Instinctivement, un petit sourire vint tirer un coin des lèvres de Clarkson. C'était tout ce qu'il demandait toujours. Naïvement, se jurer que tout irait bien. Tout s'agitait, oui, ça s'agitait. Arrivée d'urgentistes d'un seul bloc, étourdissant le professeur. Rattraper les mots d'une oreille, sentir son souffle effleurer sa peau un instant, avant de le voir se retirer. Downy battit des paupières et retint une quinte de toux. Dans cette marée, il sentait que le ressac médical ne tarderait pas à l'emporter. Sans qu'il n'ait eu le temps ou la force de réagir. Trop éberlué. Trop choqué. Trop heurté. Et pourtant, le regard noisette de Downy rattrapa celui de Jaymes. Celui de son meilleur ami. Qui s'était à lui révélé à la manière d'une sorte de loup-garou en quelques fractions de seconde. Downy tenta de s'asseoir. On lui intima de se rallonger, on tenta de l'en empêcher. Il avait sans aucun doute subi plus d'un traumatisme. Mais exactement maintenant, ce n'était pas ce qui le perturbait le plus. Il les voyait se profiler, eux et leur silhouettes, ayant rattrapés l'agresseur que Jaymes avait laissé repartir, claudiquant. Se foutre de ces hommes qui lui juraient de se tenir tranquille, que la situation était sous contrôle. Tendre une main, agripper l'épaule du Weeler qui était toujours à ses côtés. Serrer les dents, maladroit. À part son nez, il l'aurait senti, il n'y avait rien de brisé. Croiser son regard. Jaymes. Ce n'était pas sa façon de faire les choses. De présenter les gens. Mais dans un souffle, il lui glissa "Ys a un casier." avant de forcer un peu et de soulever sa carcasse. Il se rattrapa au mur, au début. Fébrile, comme un oisillon apprenant à voler. Sous les yeux ronds des représentants du corps médical, et envers et contre leurs protestations, Downy marcha avec cet air un peu gauche, pas forcément rétabli sur son équilibre. Quelques mètres. Ysmael. Finir dans ses bras. Se raccrocher à sa nuque. Voyant ces policiers arrivant, lui glisser au creux de l'oreille "Les flics sont là." Évident besoin de le prévenir de la menace. Il ne voulait pas qu'il arrive quoique ce soit au Gomez. Il avait fait cela pour le protéger. Parce qu'il l'aimer. Parce que certaines choses ne pouvaient être contrôlées. Poser son crâne au creux de son cou. Ne se retenir qu'à lui, ses jambes encore trop faibles pour le porter indéfiniment. Ah, oui, c'était un détail qu'il n'avait pas forcément précisé au Weeler et à son petit ami. Downy jeta un regard à Ys, puis le reposa sur Jaymes. "Ah et hum.. oui. Je crois que je marche de nouveau." Sourire un brin douloureux. Sa tête lui tournait encore, et chaque parcelle de son corps le faisait grincer des dents. Il semblait prêt à saigner de tous bords, mais son côté enfantin et maladroit ne s'en irait pas pour si peu. Et il se motivait pour peu de choses, mais cela représentait beaucoup pour lui, qui aurait sûrement fini au sol, encore, si Ysmael ne le retenait pas aussi en cet instant. Ne pas prêter attention, un instant, à la douleur, au cadre, aux sirènes en sourdine au-dessus d'eux, aux uniformes. Aux autres qu'à eux. Les deux hommes qui tenaient, en cet instant, plus que n'importe qui, n'importe quel médecin, sa vie entre leurs mains. Son meilleur ami. Son complice d'enfance. Et celui à qui il avait donné son coeur. Cet ami qui était devenu tellement plus.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Ven 11 Jan 2013 - 20:21

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. →


Downy, Ysmael & Jaymes
★★★★★★

Monstre assoiffé de sang, tremblotant dans le silence de ce quai de métro. Silence oppressant, aussi bien dans le froid glaçant du réveillon que dans son âme sali. Jaymes était un autre, il changeait. Adieu les sourires enjôleurs, adieu la façade de gentillesse. Il en voulait plus. Il voulait faire mal. Se sentir responsable de la destruction de quelqu'un. Juste comme cela, par pure envie. Se sentir plus puissant que Dieu lui même. Vibrer au son des os qui se brisent. Sentir la peau se plier sous sa tension. S'activer et s'ouvrir au monde par la violence, c'était tellement plus simple de choisir cela que d'affronter le réel problème. Mais c'était ce qu'il avait toujours été, toujours depuis que Lauryn avait quitté cette pièce emportant avec elle la meilleure partie de son âme. Devenir un automate, il n'y avait plus de Jaymes Weeler. Il n'y avait qu'un fantôme, un mauvais esprit qui désirait anéantir. Le seul moment où l'homme retrouvait sa sérénité, la belle part de son âme, c'était bien en la présence de Downy Clarkson. Le sentir en danger avait éveillé en lui cette espèce de froideur animale qu'il savait risqué. Et voilà que maintenant, les ambulanciers venaient faire leur travail alors que le professeur ne souhaitait que se mettre debout. Ironie du sort lorsqu'on se retrouvait paraplégique depuis plusieurs mois. Il le fit pourtant. Comme cela. Sans rien dire. Juste se jeter dans les bras d'Ysmael alors que Jaymes restait interloqué devant cette vision. Weeler finit par comprendre les paroles de son meilleur: casier, Ysmael. Quelques éléments firent son chemin jusqu'à son crâne mais pour le moment, il ne dit rien, restant interloqué devant ce retournement de situation inattendu. Et il entendit les quelques mots prononcés et Jaymes forma un sourire sur ses lèvres, Clarkson tout craché.

On avait remarqué Dow'. Au moins, une bonne nouvelle dans la soirée... Maintenant, il va falloir que tu ailles voir l'hôpital, malgré ma désapprobation chronique. Mais, rester debout ne me semble pas une excellente idée, dirons nous.

Weeler ne conserva pas son sourire, la froideur venant l'accueillir finalement. Sa transformation était en marche, son coeur était vide. De tout. Il ne pensait qu'à Downy et se récupération future. Son seul bonheur venait de là et sans plus de cérémonie, Jaymes sortit une cigarette, fait rare depuis quelques temps pourtant. Il resta silencieux alors que le monde s'affairait autour de lui, dans un brouhaha digne des jours de marché. Il ne sentait rien, ne faisait attention à rien. Après un moment de réflexion intense, sa cigarette déjà bien consumée, il s'approcha de Gomez sans le regarder. Il n'en avait pas besoin, il avait déjà enregistré tout ce qui l'intéressait. Une voix sans fond une nouvelle voix. Venu du plus profond de sa nouvelle carapace de violence. Mais sans émotion. Sans ressenti, juste une voix assurée.

Si tu touches au coeur de Downy, je te brûle vif au milieu de mon casino. A part ça, bienvenue dans la famille.

Et il s'éloigna de l'agitation après lui avoir tapoté l'épaule, le regard au loin. Avant de revenir vers Clarkson, la peur agitant son ventre inconsciemment. Que plus rien ne lui arrive. Il le protégerait au péril de sa vie désormais. Plus jamais, il ne laisserait tomber cet ami cher à son coeur. Plus jamais. Ou alors, il le ferait payer de sa vie, de ses poings et de ses tripes...

Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Mer 16 Jan 2013 - 7:49


« I don't want a lot for Christmas, there's
just one thing I need. »
feat. Downy R. Clarkson & Jaymes T.Weeler


Aspirer, lentement, la fumée d'une cigarette déjà bien consumée qu'il tenait pourtant encore fermement entre ses doigts tâchés, le regard toujours posé sur Downy. Le ventre retourné, l'esprit embrumé. Seules demeuraient comme uniques certitudes cette peur et cette crainte, qui, toujours, faisaient leur petit bout de chemin dans cet être de chair et de sang, attrapant son cœur et ses poumons fermement, les compressant à un rythme régulier. Chaque inspiration, encore, rendait la tâché déjà bien difficile qu'était celle de rester loin de celui qu'il aimait alors que ce dernier risquait toujours un peu plus à chaque instant. Le voir se débattre entre la foule et l'agitation, le voir lui, juste lui. Clarkson. Et tenter de combattre ce besoin irrépressible que l'espagnol ressentait en cet instant ; celui de l'emporter avec lui, loin, loin de tous ces troubles et tous ces dangers, et le garder auprès de lui. Pour l'aimer. Et le protéger, comme il aurait du le faire quelques minutes auparavant. Arriver plus tôt. Éviter cela. Déjà la culpabilité semblait s'emparer du Gomez, terrassant encore un peu cette carapace qu'il ôtait pourtant lentement chaque jours aux côtés de Downy. Trop intense. Tout l'était toujours avec lui. Ainsi se retrouvait-il dépassé par ses propres sentiments, dépassé par des choses qu'il s'était pourtant toujours évertué à maîtriser du mieux qu'il le pouvait. Chose qu'il ne parvenait plus à faire aujourd'hui, en cet instant, bien trop troublé. Bien trop inquiet.

Une nouvelle inspiration. Une dernière. Lâcher le filtre. Rattraper Downy, spontanément. Et le serrer contre lui, passant ses bras autour de sa taille. Son coeur, instantanément se relâcha le laissant alors expirer profondément. Ysmael ferma les yeux, un peu, ne réalisant pas vraiment comment Clarkson était arrivé près de lui, et le soutint. Un léger sourire, infime, se dessina sur son visage. Respirer son odeur. Le sentir contre lui. Assez pour le rassurer, malgré les quelques mots qui suivirent. Gomez rouvrit alors les yeux, lui répondant d'un ton assuré, plongeant son regard dans le sien. « Je sais j'ai vu. Ce n'est pas grave. Ca ira. » Encore un sourire. Feint cette fois-ci. Rien n'était moins sûr, en réalité, et lui le savait très bien. Cependant il refusa de l'inquiéter, le privilégiant lui aux éventuels problèmes qu'Ysmael pourrait rencontrer. Encore quelques mots que son voisin ajouta. Naïfs, innocents. Clarkson. Il était toujours là, toujours lui. Chose qui rassura encore un peu plus l'espagnol. Il allait bien. Tout du moins pas aussi mal que ce qu'il s'était imaginé. Pourtant suite aux mots de Weeler, il reprit un peu de sa lucidité, et acquiesça en ajoutant. « Ouais, Jaymes a raison. Ménager tes jambes ne pourra pas te faire de mal. Et puis... Je pense que te ménager toi ne serait pas mauvais non plus. Tu ferais mieux d'y aller. » Sourire, pour l'encourager alors que le coeur n'y était pas. Et l'abandonner une nouvelle fois auprès des ambulanciers toujours stupéfaits par la scène, attendant cependant Downy les bras grand ouverts. Il ne le quitta pas des yeux, encore. Pas un instant. Pas une seule seconde jusqu'à ce que Jaymes le rejoignit. Gomez tourna alors la tête, posant ses yeux sur l'homme à présent à ses côtés. Lui cependant ne lui adressa rien. Pas un geste, ni un regard. Juste quelques mots. D'un ton froid, détaché. D'un ton qu'il avait toujours eu l'habitude d'entendre. Ysmael fronça un peu les sourcils, troublé par ces mots auxquels il ne s'était pas attendu. Pourtant, glissant une nouvelle cigarette entre ses lèvres, il répondit de la même manière à son interlocuteur. « J'en ai pas l'intention. Et je t'autorise à le faire, si jamais il m'arrive de faire ça un jour. Merci. » Ses yeux bleus, glacés, perdus dans le vide. Encore se délecter de la sérénité que pouvait lui transmettre le simple contact du filtre entre ses lèvres. Sentant Weeler retourner auprès de Downy, lui pourtant ne bougea pas. Rester à sa place et attendre. Juste attendre. Cependant Gomez ne resta pas seul très longtemps. Déjà les agents de police se dirigeaient vers lui d'un pas assuré. Redresser le regard. Inspirer profondément. Les choses tourneraient forcément mal pour lui. Il en avait toujours été ainsi après tout.

créée par Matrona

Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Ven 18 Jan 2013 - 8:35


I don't want a lot for Christmas,
there's just one thing I need.

∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL.

L'innocence d'un gamin, peut-être. Mais un enfant qui savait les choses. Ne voulait pas que les fautes soient rejetées sur d'autres. Un gosse naïf, mais pas aveugle. La tension était palpable. Entre des sirènes et des lumières, des corps se bousculant et des vies s'entrechoquant. Il avait fallu le pire pour récupérer le meilleur. Et risquer, encore au final, le pire pour ceux qu'il aimait. C'était un cercle frustrant et sans fin. Et Downy n'aimait pas cela. L'incertitude des temps modernes, la page blanche du lendemain, de l'instant suivant. Il faisait naître les sourires sur les lèvres des deux hommes, dans son plus grand naturel, mais des sourires qui n'avaient pas au fond, le coeur pour rester fixés assez longtemps. Il abandonna le cou du Gomez, auquel il se raccrochait comme à une bouée, ce qui au fond était ce qu'il était, alors qu'un urgentiste lui tendait le bras et qu'il suivait le mouvement, se voyait obligé de se raccrocher à cet autre, de retourner là d'où il s'était arraché. Il devait accepter, mais l'adrénaline provoquée par tant et trop de mouvements et d'action le dopait et le faisait vivre, à moitié, dans une réalité quelque peu parallèle à celle des médecins et des ambulanciers. Pourtant, il le fallait bien. Il était brisé, poupée de chiffon déchirée à feu et à sang. Civière, minerve, corps calé et l'impression de n'être qu'un ramassis de chair douloureuse le prirent à la gorge. Il n'y avait que quand son innocence redevenait la maîtresse de ses actes et qu'il en avait l'emprise, et qu'il était à eux et avec eux qu'il avait éludé son corps balafré par la haine stupide de délinquants errants. Il vit Jaymes partir toucher quelques mots à Ysmael. Puis revenir. Ne rien avoir saisi, même lu, sur leurs lèvres. Il était plongé dans cet affairement et englobé, dans une bulle, par sa coque de vies et de bruits, de lumières et d'ombres. Clarkson, éreinté de cette ébullition et de son agression, arriva pourtant à attraper la main de Weeler et, malgré toutes ses entraves, poser son regard noisette sur lui. "Merci. Mais putain je connaissais Ysmael violent, mais toi.. - il eut un sourire, qui eut plus l'air d'un faible rictus, incertain de sa signification - ..Tu.. Vous restez avec moi, hein ? Toi et Ys, vous restez avec moi.. ?" Entre question et supplication. Avec ce qu'il s'était passé, les perdre de vue l'un comme l'autre l'aurait aussi bien heurté qu'autre chose. Ils étaient ses deux vraies, seules, richesses. Ce qu'il ne pouvait remplacer, et ne le ferait jamais, il l'espérait. Piliers, porteurs mères maintenant des espoirs, au fond, de Rooney. Downy déglutit, et relâcha la main de son meilleur ami. Il le récupérait, l'avait récupéré, et le récupérerait donc toujours dans un triste état, à la petite cuillère. En miettes, valsant entre celles de son mental et celles de ses chairs en fonction des évènements. Changer son regard de point d'attache. Fouiller en quête d'Ysmael. Retrouver en ligne de mire le Gomez, mais bien trop accompagné. Boule dans la gorge, noeud au creux de l'estomac. C'était peut-être le fait de trop pour les allégations de son petit-ami. Mais il ne pouvait être considéré comme les autres crapules, ils ne pouvaient le prendre lui qu'en majeur fautif. Et puis, au fond alors, si c'était ça, c'était de sa faute. La faute de Downy. Clarkson brûlait d'envie d'empêcher ça. Sauver Gomez de ces histoires-là, expliquer de vive voix à ces agents qu'il était un bon gars. Un homme bien. Un peu excessif parfois, mais quelqu'un qui brûlait surtout d'aimer. Et ne supportait les injustices. Un mielleux discours qu'il ne pouvait dire. Parce que déjà on soulevant le brancard. On allait l'embarquer, et Ysmael et Jaymes aussi. Sans doute.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Ven 18 Jan 2013 - 21:25

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. →


Downy, Ysmael & Jaymes
★★★★★★

Le nouveau visage de Jaymes, rongé par la haine, la colère et toutes les émotions les plus infernales qui s'étaient tapies en lui pendant toutes ces années. En vérité, elles avaient toujours été là, du moins depuis la mort de son cher père. Il se contenait en permanence, véritable cocotte minute au bord de l'implosion permanente. Jusqu'au jour où c'en était trop. Jusqu'au jour où on avait touché à la personne qu'il ne fallait pas. Son meilleur ami. Celui avec qui il avait fait les quatre cents coups, celui qu'il comptait faire devenir témoin de son futur mariage. La règle principale se résumait bien à cela: ne jamais toucher à Downy Clarkson. Et alors qu'il se rapprochait de son ami, Jaymes lançait des éclairs alentour avec ses magnifiques yeux azur. Que les autres prennent garde, on avait déjà bien assez abîmé le professeur pour la journée voire l'année entière. Il sentit la main de Clarkson attraper la sienne et Weeler se concentra de nouveau sur lui alors qu'il parlait d'une voix particulièrement faible, pas étonnant après l'épreuve qu'il venait de vivre et la force qu'il avait dû utiliser pour se mettre sur ses deux jambes. Un demi sourire se posa sur le visage du PDG du casino: la violence, il avait appris à la maîtriser dans l'ombre alors que personne ne s'y attendait. Ce n'était pas d'hier que la colère le submergeait d'une manière trop douloureuse mais Jaymes l'extériorisait loin du monde. Il avait une réputation à tenir et ce n'était pas de malheureux évènements qui l'empêcheraient de monter au sommet, comme son géniteur l'avait prévu. Cette période de gloire semblait terminé pour lui alors que Weeler voyait les policiers s'intéresser de près à Ysmael alors que l'un d'entre eux le dévisageait avec une certaine affliction. Tyler fit semblant de ne rien voir et posa son regard sur Downy, prêt à blaguer sur leur malheureuse situation.

Moi? Je cache bien mon jeu, Clarkson, comme toujours. Faut croire que malgré les années qu'on se connait, tu ne sais pas tout de moi va! Tu ferais mieux de fermer les yeux au lieu de jouer aux héros...

Et une demande spéciale de la part de Downy. Qu'il reste. Que Gomez reste. Jaymes hocha la tête en constatant le regard apeuré de son ami. Après cette épisode dramatique, Jaymes se détacha de Downy, son regard lui exprimant qu'il était hors de question que des étranges viennent le charcuter sans son accord. Il jeta un regard vers Ysmael en proie à une interrogatoire des plus féroces. Weeler sortit une autre cigarette de sa bouche puis l'alluma avant de la poser contre ses lèvres, s'approchant doucement et méthodiquement de la bande étrange qui s'étaient formés dans le coin de la station. Weeler s'arrêta lorsqu'il arriva aux côtés d'Ysmael et expira la fumée salvatrice. Sans un regard, il lui murmura.

Tire toi de là. Va t'occuper de Dow. Je m'en charge.

Et Weeler se retourna, un sourire de circonstance aux lèvres vers ses compatriotes de la plice de Detroit. Quelques mots sous entendus quant à leur condition, des compliments, des promesses, du charme à la Weeler et en quelques minutes, Jaymes extirpa de sa poche quelques billets verts avec un sourire satisfait.

Je savais qu'on pourrait compter sur votre discrétion, messieurs. C'est toujours un plaisir de discuter avec vous...

Un clin d'oeil? Une cigarette qui tombait au sol et les pas calmes de Jaymes qui se faisaient entendre alors qu'il se dirigeait vers l'ambulance, prête à refermer ses portes derrière la nouvelle perle de violence de Detroit. Il y avait fort à parier que ce ne serait pas le dernier combat. Que ce ne serait pas le dernier massacre. Restait à savoir qui serait sa prochaine victime...


Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Jane J. Wellington

AGE : 26
NOMBRE DE CONTACTS : 4616
ANNIVERSAIRE : 13/10/1992
EN VILLE DEPUIS LE : 09/03/2012
AVATAR : Jennifer Carpenter




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL Dim 20 Jan 2013 - 17:47

VERROUILLÉ.





VotezϞϞϞ
Mémé approuve !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dirty-laundry.forum-canada.net



WELCOME TO DETROIT
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL

Revenir en haut Aller en bas
 

I don't want a lot for Christmas, there's just one thing I need. ∞ DOWNY, JAYMES & YSMAEL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Merry Christmas!!
» END - Merry Christmas : Le miracle de noël ? [Chuchu]
» Merry Christmas or not ♦ Roxanne
» Christmas Hat on a Pole Match : Trish Stratus vs Brooke Tessmacher vs Serena vs Angelina Love
» We wish you a merry christmas [PV] [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M NOT PERFECT ::  :: ϟ RPG-