AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden Mer 12 Déc 2012 - 12:46


When it gets cold outside ...☇Eden


(maroon 5) ▽ When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up.
Qu'est-ce que la plus grande tragédie d'un homme ? Au fond, qu'est-ce qui pourrait être le plus grand drame d'un être humain ? Perdre un proche, un travail ? Tomber gravement malade ou tout simplement mourir ? Cela aurait pu tout être comme ne rien être. Le plus grand drame de Noah, dans tous les cas, consistait en quelque chose d'un peu plus énorme. Parce que ses proches, il les avaient perdus depuis bien longtemps, et puis plus récemment, il avait perdu Eden, s'éloignant d'elle à chaque fois qu'il s'en rapprochait. Noah avait perdu un travail. Son travail. L'une de ses rares utilités, qu'on lui avait bien logiquement interdite. Il ne fallait pas qu'il se crève à la tâche, disaient-ils tous. Noah était aussi tombé gravement malade. Et le gravement avait réelle signification. Cancer du poumon rongeant ses forces, ses espoirs, et son souffle de vie. Mais drame des plus injustes, il mourrait. Il mourrait, trois fois par semaine pendant cinq heures. Il mourrait pour vivre, selon les médecins. On ne faisait surtout que lui injecter ce qui causerait sa perte dans les veines toutes les semaines. Un mois déjà. Un mois qu'il avait commencé la chimiothérapie, et un mois que les choses allaient finalement de mal en pis. Peut-être qu'il allait mieux, mais il n'en ressentait rien. Parce que sa vie ne ressemblait plus à rien. Pouvait-on au moins appeler cela une vie ? Ce n'était plus qu'un simulacre, l'enveloppe d'une vie. Parce que la Mort était devenue reine de lui. Et comme pour se préparer à son propre deuil, ou au contraire pour s'armer face au combat qui l'attendait, il avait rasé son crâne. La maladie n'emporterait pas ses cheveux, il n'aurait pas à subir cette humiliation en plus. Il subissait déjà beaucoup trop pour tenir encore à ce rythme-là.

Les heures étaient longues, assis dans ce fauteuil, une perfusion au bras. Les heures étaient longues, comme chaque jour qui passait. Il se voyait s'affaiblir en temps réel. Certes il n'y avait pas mis du sien. Durant certaines semaines, il n'avait pas vécu à proprement parler, pour ainsi dire. Il s'était laissé aller, bien autrement qu'un Edgerton l'aurait fait. Mais sa dignité finissait bien par le rattraper au bout du compte. Et même si certains kilos s'étaient évaporés et que sa carrure avait un tout petit peu diminué, Noah s'était relevé. La tête haute même si il était en train de crever. Il essayait de s'adoucir sur ce point, mais il en était ainsi. Accepter l'aide d'autrui lui était excessivement difficile. Alors il faisait cavalier seul. Comme toujours. Et dans son regard vert d'eau, si parfois un vide s'était fait, la même détermination était toujours lisible. Dans quel but, après ? Celui de vivre ou de mourir ? Il fallait croire qu'il ne s'était pas encore bien décidé sur ce point... Noah s'était assoupi. Longues heures passées à attendre que la Mort, censée lui redonner vie, se distille dans ses veines. Et la fatigue le prenait en traître. Il y avait quelque chose de serein et en même temps de très troublé dans l'expression de son visage. Jamais réellement et complètement en paix. D'autant plus depuis le dernier Halloween. Il ne gardait que des bribes, des souvenirs flous. C'était la dernière fois qu'il l'avait vue, elle. Elle. Elle qui avait foutu un peu plus de bordel dans son crâne; il n'y avait pas d'autres termes. Alors oui. Noah était l'ombre de ce qu'il avait pu être. Noah avait appris après coup à cacher son crâne chauve derrière une de ces casquettes-là. Marginalisé, désormais, par ce qui le rongeait. Plus capable de rien, et surtout de tout. Il ne savait plus où il en était. Qui il était. Ce qu'il était. Et cela, même son sommeil et le monde onirique dans lequel il aurait très bien pu plonger n'y auraient finalement apporté réponse. Cette fin d'après-midi là, bizarrement, il se retrouvait seul dans la salle où avaient lieu les chimiothérapies. Fait plus que rare alors. Mais peut-être, peut-être bien qu'il ne le serait pas longtemps...► CAPTAIN CORNFLAKES
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden Mer 12 Déc 2012 - 17:25

When it gets cold outside...
Un battement de cils. Le regard embué, elle, se contentait de courir. Courir, s'enfoncer chaque seconde un peu plus profondément dans ces couloirs sans fins. À bout de souffle. Elle pouvait sentir à présent ses muscles se détendre subitement, et elle lâchait prise. Glissait, tombait, et restait face contre terre, les yeux clos. La vie la quittait. La vie les quittait. Pourtant ces cris, ceux après lesquels elle courait quelques instants auparavant ne cessèrent pas. Déchirants. Suppliants. Ils résonnaient dans son esprit, se fracassaient violemment contre chaque paroi de son crâne. Noah, Noah et Ezra. Ce sont leurs cris qu'elle entendait, leurs cris qui lui brisaient le cœur. Il fallait qu'elle se relève, et continue, encore. Se battre pour eux. Et toujours, elle se retrouvait entre ces murs blancs sans pour autant en voir la fin. Toujours, elle se battait contre eux sans jamais pouvoir les quitter.

Elle aussi se mit à hurler. Appel à l'aide, presque aussi déchirant que ceux qu'elle semblait avoir entendu quelques minutes avant. Et c'est en sueur, les joues humides et les poumons contractés qu'elle se réveilla dans son lit, recroquevillée sur elle-même. Reprendre son souffle, et ses esprits. Les rattraper, ne pas les laisser s'enfuir une fois de plus. Ne pas les laisser la quitter, comme tout le reste. Tout finissait par s'envoler. Tout subissait les envies d'un vent parfois trop violent à son goût, trop soudain, trop rapide. Ainsi avait-il balayé de sa vie ses deux parents successivement. Ses frère. Son amis. Et maintenant Edgerton. Seule. Eden demeurait désespérément seule. Car malgré le retour de son jumeau, elle, craignait chaque seconde le voir s'en aller de nouveau. Guidé par les vents, guidé par la tempête, bien qu'en réalité il n'ait que très peu le choix. Le voir s'en aller, une fois de plus. Lui arracher le peu de bonheur qu'il lui restait, encore. Evans avait peur. Elle était morte de trouille. Et ce n'est que difficilement qu'elle parvint à se glisser hors de son lit, refuge des nuits mouvementées qu'il avait pu abriter ces derniers jours. Refuge d'un corps fatigué, exténué de mener un combat acharné contre un esprit qui lui semblait s'acharner chaque jour un peu plus sur la jeune femme. Retour en masses de souvenirs qu'elle pensait avoir enfouis il y a bien longtemps, retour en masse causé par ces pertes et ces retrouvailles. Noah, et Ezra. Les deux seuls hommes qu'elle ait jamais aimé. Avec son père.

Se dressant finalement sur ses deux jambes bien que difficilement, Eden enfila un jean et un haut sans vraiment prêter attention aux vêtements qu'elle pris dans son armoire bien encombrée. Une paire de chaussure, un gilet non très épais, Evans dévala les escaliers et sortit de son immeuble sans se préoccuper ne serait-ce qu'une seule seconde du froid qui lui valut de longs frissons sur tout le corps. Noah. Il fallait qu'elle voit Noah. Peu importe comment, peu importe pourquoi, elle-même ne possédait pas la réponse à ces questions. Un élan d'impulsivité, un seul. Parce qu'il lui manquait. Parce qu'elle avait besoin de le savoir en vie. Et peut-être, le retrouver. Juste un peu, le temps d'un instant. Qu'il la rassure. Paradoxe étant donné qu'il était celui cloué à un lit d'hôpital depuis un mois. Cloué par la fatigue, les médicaments, la solitude, aussi. Un cœur qui se serra de nouveau à cette idée. Un bus dans lequel elle monta instinctivement, habituée du trajet qu'elle était. Et la machine démarra dans un bruit sourd, étouffa le raisonnement incessant des paroles futiles des passagers. Le regard posé sur la vitre, sur ces vies qui défilaient, s'entrechoquaient, se réunissaient pour mieux se séparer par la suite. Le regard posé sur la vie. La vie qui s'enfuyait. Un sourire triste se dessina sur son visage tandis qu'elle effaça les dernières traces encore visibles de ses larmes. Feindre le bonheur. Chose à laquelle elle s'était exercé durant de longs mois auprès de personnes qu'elle n'aimait pas. Chose qu'elle pensait réussir encore aujourd'hui, et souhaitait accomplir. Ne pas enfoncer Edgerton, et lui faire croire que tout allait bien. Alors que leurs mondes s'écroulaient, s'effilochaient en de vulgaires images qu'ils avaient réussi à fixer un jour, ensemble. Un baiser, un seul. Puis le silence. Le silence assourdissant.

Pénétrant dans l'imposant bâtiment que pouvait représenter l'hôpital, Eden se dirigea machinalement vers la salle où avaient lieux les chimiothérapies. Elle entra dans la chambre, posa son regard sur Noah. Sur ce qu'il restait de lui, tout du moins. Et son cœur, une fois de plus, se décomposa. Les yeux clos, le corps faible. C'est tout ce qu'elle put remarquer. Cette vulnérabilité flagrante, vulnérabilité qu'elle l'avait laissé combattre seul jusque là. S'avançant prudemment, elle vint s'asseoir sur une des chaises présentes aux côtés du lit, retira ses chaussures et replia ses genoux contre sa poitrine, la vue brouillée par les larmes qui elles coulaient silencieusement le long de ses joues. Ces vies se terminaient ici. À l'hôpital. Un instant, elle avait cru que la sienne démarrerait en ces lieux, avait espéré naïvement parvenir à un bonheur précaire en tentant de réparer celui des autres. Ses études s'étaient achevées ici. Ses rêves, aussi. Ainsi que la vie de son père. Et aujourd'hui, ces murs blancs menaçaient la vie d'Edgerton. Ils l'étouffaient, l'enfermaient. Une bête en cage. En cage dans son propre corps, sa condition. Leurs mondes s'écroulaient, oui. Mais parmi les débris de leurs corps déjà bien abîmés, Eden tenta de retrouver une chose. Cette chose. Qui lui avait tellement manquée...
Et c'est en glissant sa main tendrement dans celle de Noah qu'elle pensa la retrouver. Ses grands yeux bleus posés sur lui, son pouce serrant doucement la main de l'avocat contre sa paume. Parmi les restes de ce qu'ils avaient été un jour, elle espérait le retrouver. Ce cœur, son cœur, qu'elle avait cru un instant attraper. Avant qu'il ne lui échappe de nouveau. Au gré du vent. Au gré des vies.
△everleigh


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

WELCOME TO DETROIT
Invité




MessageSujet: Re: When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden Jeu 13 Déc 2012 - 9:16


When it gets cold outside ...☇Eden



Crédité du magnifique avatar : Made by M.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



WELCOME TO DETROIT
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden

Revenir en haut Aller en bas
 

When it gets cold outside and you got nobody to love you'll understand what I mean when I say there's no way we're gonna give up☇Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Cody Rhodes Vs Mark Henry Vs Stone Cold Steve Austin
» It's too cold outside for angels to fly [PV Gryfi] || Fini ♪
» Cold war Commander
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I'M NOT PERFECT ::  :: ϟ RPG-